Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Tout acte a ses conséquences

À Crest, le carnaval du renouveau était attendu, il est gâché et son message plus que brouillé.

Le carnaval de Crest n’a pas laissé que des bons souvenirs. Des dégâts ont également été constatés par la mairie qui a décidé de porter plainte.

On s’attendait à en prendre pleins les yeux, on en a pris plein les dents par la faute de professionnels de la casse. On aurait voulu parler d’éclats de rire, de messages grinçants à l’humour corrosif, on en est à compter les tags et à essayer de comprendre ce qu’il s’est passé. Si le carnaval a toujours eu un côté transgressif et politique, ce n’est pas ce qu’il restera du défilé crestois de ce 8 avril à cause de quelques débordements.

Tout acte a ses conséquences, dit l’adage. La personnalité du maire de Crest nous fait vivre des heures bien étranges et nous amène toutes sortes de gens ! Car comment ne pas en revenir à lui, dans les circonstances qui ont entouré le renouveau du carnaval ?

Il y a environ dix ans, cet événement très bien accompagné par la mairie, est finalement devenu encombrant quand, lors d’un jugement, la foule a exigé qu’on brûle un lama. On ne voit le lien qu’une fois indiqué le nom dont avait été affublé le pantin : le Lama Riton. S’en sont suivies plusieurs années de bisbilles, avec passage au tribunal, pour que, finalement, le carnaval tire sa révérence, une fois que la MJC et le Transe Express, principaux organisateurs, aient eux aussi plié les gaules.

Peut-être que certains, dans la foule, avaient une rancoeur à exprimer lors de ce nouveau défilé… Et peut-être qu’ils étaient entourés de personnes qui ont un combat national à mener contre les idées du député-maire de Crest…
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 14 avril 2017

À lire également sur le même sujet : Un carnaval haut en couleur !
UA-22506836-1