Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Armorin fait son cinéma

Les terminales du CAP APR ont monté un court-métrage sur la grossesse précoce.

C’est un projet original et très bien ficelé que les élèves du CAP Agent Polyvalent de Restauration ont présenté au personnel enseignant et à la direction de la cité scolaire. Sous l’encadrement de Carole Joffrin (comédienne conteuse, marionnettiste) et de Mélina Sendra (vidéaste), toutes deux formées au niveau 1 d’éducation à la sexualité (formation EN) et issues de la Compagnie "Écoutez et Voir", une quinzaine d’élèves ont créé un court-métrage sur le thème de la grossesse précoce.

Ils ont interviewé une ancienne élève du CAP, Aurélie Vignon, tombée enceinte durant sa scolarité. Un témoignage rare et mature qui explique assez bien les doutes, les difficultés et les conséquences qu’engendre une grossesse précoce. Ce travail a été effectué en l’espace de 6h ! Un temps très restreint au cours duquel la classe a écrit, tourné puis monté le film avec l’aide de Mélina.

Ce projet a débuté il y a un an et demi avec le concours des infirmières du lycée, Véronik Lothé et Cathy Bret, qui ont soumis l’idée au conseil d’administration qui a aussitôt validé le projet. Un moyen pour le lycée de sensibiliser les élèves à l’éducation sexuelle, car plusieurs grossesses précoces ont été constatées ces dernières années au lycée professionnel. En amont de la création du court-métrage, 22h d’atelier pour l’éducation à la sexualité ont pu être mises en place grâce au soutien financier du lycée Armorin (300 €) et à la subvention régionale Eurêka (2000 €). Ces heures d’atelier ont permis à la classe d’échanger librement sur le sujet et d’effacer les tabous dans une ambiance détendue.

L’objectif du projet était de parler de la sexualité au travers du prisme artistique. Plusieurs débats ont eu lieu sur le plaisir sexuel, les MST, la publicité sexiste ou encore la grossesse sexiste. Le retour est plus que positif pour les élèves qui se sont beaucoup investis dans le projet. Le proviseur, Jean-Luc Tardy, les a d’ailleurs vivement félicités pour ce beau travail accompli. Un travail qui a également été encadré par trois professeurs de la section: Madame Bret, professeur de mathématiques, Madame Desse, professeur de biotechno, Madame Frison, professeur de lettres-histoire.

Article paru dans Le Crestois du 16 juin 2017

UA-22506836-1