Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Le beurre, entre pénurie et fabrication artisanale

Pourquoi cette denrée commune est soudainement venue à manquer dans les rayons de la vallée.

Alors que les rayons des magasins se vident à une vitesse défiant toute concurrence, les producteurs locaux continuent de transformer leur crème en beurre, pour le plus grand plaisir des gourmands

C’est à Suze, au bout du chemin qui mène au coeur des bois, que la vache Jersiaise, Suzette, de Bernadette broute le pré verdoyant à peine sortie de la sécheresse. Réputé pour ses qualités extraordinaires, le lait qu’elle produit est transformé en fromage et en beurre. Chaque jour, ce sont dix litres de lait qui finissent dans le seau de traite. Bernadette recueille la crème qui est en surface et la transforme en une magnifique tablette de 400 g de beurre, d’un jaune brillant. (...) Comme dit Bernadette : « Nous, on a toujours du lait, du beurre, du fromage et de la crème, et plus qu’on peut en manger, c’est la famille qui est contente ! »

Dans les commerces locaux, la pénurie de beurre fait rire... ou pleurer. Chez Anthony à Blacons, c’est la ruée sur les tablettes de beurre de 250 g. Le propriétaire pourrait presque en rire, tant il vend du beurre. Bien sûr, il doit entendre des « Je viens chez toi car il n’y en a plus chez (grande surface), ou car ils n’ont plus que des 500 g et je veux des 250 g » auquel cas, le client en achète quatre tablettes de 250 g !... Pour ajouter à la baisse de production due au manque de fourrage et à la sécheresse de cette année, la consommation chinoise et indienne s’est multipliée par trois ; les grossistes vendent plus cher à l’étranger et préfèrent ce marché...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 17 novembre 2017

À lire également dans notre édition : comment faire son propre beurre.
UA-22506836-1