Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Le Yémen : de l’Arabie Heureuse à la famine

De la Syrie au Yémen, la guerre fait rage… À Saoû, le 2 décembre, Mounir Arbach, Historien et Chercheur, fera le point sur la situation.

yemen

Le Yémen : de l’Arabie Heureuse à la famine

Conférence de Mounir ARBACH
Historien du Yémen antique préislamique
Chercheur au CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon
Samedi 2 décembre 2017 à 18h30 à la Salle des Fêtes de Saoû

De la Syrie au Yémen : la guerre fait rage... À en croire les médias, la guerre en Syrie est finie, presque… Alors que les forces des alliées, l’Armée libre syrienne, ainsi que l’aviation russe en soutien à l’armée du régime d’Assad, sont en train de chasser les djihadistes de l’EI des territoires syrien et irakien, le régime syrien, avec toujours l’aide de l’aviation russe et les milices iraniennes de Hizbollah, continue ses opérations militaires dans la région d’Idlib et aux environs de Damas, où la population est assiégée depuis trois ans.

Il est inutile de rappeler que le bilan de cette guerre est quelques 330.000 morts, quelques 7.000.000 de réfugiés, sans parler des blessées aussi bien dans le corps que dans l’âme. Bref, ce qui se cuisine maintenant entre les grandes puissances (Chine, Etats-Unis, Russie et Europe) c’est le partage du gâteau, c’est-à-dire avoir une part du marché pour la reconstruction du pays qui est en grande partie en ruine.

En fin de compte, les Syriens, ce peuple martyre, a payé le prix fort pour avoir une liberté, qu’après 6 ans de guerre sans merci, il n’a toujours pas … De plus, le régime dictatorial de Bashar al-Assad est toujours en place, en totale impunité pour ses nombreuses utilisations des armes chimiques.

Avec cette guerre médiatisée, tout est devenu banal : la violence, la mort, les victimes, les affamées, les blessés, les abandonnés. Le nombre des victimes n’a plus également d’importance, 300.000 ou 350.000, ou plus, peu importe… Il faut peut-être encore plus de morts partout en Orient, plus de victimes innocents en Syrie, en Iraq, au Yémen, en Europe, partout dans le monde, pour que la communauté internationale intervienne.

Au Yémen : la nourriture est une arme de destruction massive

A côté des atrocités quotidiennes en Syrie depuis 6 ans, le conflit du Yémen, depuis mars 2015, paraissait aux yeux de tous, hélas, propre et sans victimes, plutôt sans images, en raison de l’interdiction imposée par l’Arabie saoudite aux médias. En effet, nous avons affaire à une vraie guerre avec tout le sens que comporte ce mot. Comme en témoignent les 10.000 morts, les milliers de blessés et plus d’un million de personnes atteintes de choléras, sans parler de la pauvreté et de la misère qui s’installe dans un pays qui faisait déjà partie, en temps de paix, d’un des pays les plus pauvres de la planète. Toutes ces données montrent l’atrocité de cette guerre que subit le Yémen et la gravité de la situation humanitaire...
(...)

La suite de l'article de M. Arbach est à lire dans Le Crestois du 1er décembre 2017

Une conférence suivie d’une collecte sera organisée à Saoû, le samedi 2 décembre 2017, à 18h30, à la Salle des Fêtes.
L’argent collecté sera envoyé en forme de chèque aux Médecins sans Frontières, une des ONG autorisée à travailler sur place.

Contact : Mounir ARBACH 06 24 42 49 10 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

UA-22506836-1