Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Crest : vers la fin de l’ouverture politique

Le dernier conseil municipal a clairement refroidi les relations entre Hervé Mariton et Samuel Arnaud.

Beaucoup avaient été surpris, au mois d'avril dernier, lorsqu'Hervé Mariton, lors d'un conseil municipal, s'était lancé, contre toute attente, à proposer d'élargir les opportunités de travail entre majorité et opposition. Un geste inattendu, qui nécessitait de mettre les choses en place et donc de patienter quelques mois pour en connaître la véritable teneur. Les choses ont été un peu plus éclaircies, lors du dernier conseil municipal, qui s'est tenu le 7 décembre dernier… Pour ne pas dire "enterrées" !
(...)

Un point important, aux yeux du Mistral, était la représentativité du groupe au sein de la CCCPS. Ne bénéficiant que d'un siège, ils en demandaient un supplémentaire, particulièrement depuis l'annonce d'ouverture du maire de Crest. Jusque-là, Hervé Mariton se réfugiait derrière la loi pour expliquer son refus mais des événements sont venus perturber cette position, ou plutôt la préciser.

Le récent départ de Céline Georgeon a entraîné un nouveau vote crestois en urgence (lire par ailleurs) et le Mistral a donc présenté un candidat, en la personne d'Alain Batie, face à Anne-Laure Bouteille, choisie par la majorité. Samuel Arnaud espérait alors et indiquait : « Après votre annonce du mois d'avril, le concret, c'est maintenant. Sinon, on en reviendrait aux relations "classiques", avec une majorité qui décide tout, toute seule, et une opposition qui réagit… » Il proposait même une suspension de séance pour que les négociations puissent se mener plus tranquillement. Il n'en fut rien et, au contraire, Hervé Mariton s'est expliqué de façon assez étonnante...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 15 décembre 2017

UA-22506836-1