Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

Les efforts pour la Biodiversité portent leurs fruits

Le naturaliste Philippe Lloret et le jardinier de la gare des Ramières, Bernard Huftier, sont optimistes.

Selon eux, les efforts faits depuis la loi de protection de la Nature de 1976 sont visibles aujourd'hui. Il faut continuer. Les grandes lois de 1976 posent un cadre sur ce qu'est la protection de la Nature et les premières réserves nationales voient le jour. Celle des Ramières, surtout identifiée pour la rivière et les oiseaux, est parmi les premières et sa gestion, très vite confiée à une collectivité, en fait un exemple vite imité. (...)

Le jardinier Bernard Huftier se souvient de l'état des Ramières en 2010 quand il est arrivé : « C'était la jungle, tout était à l'état sauvage, sans maîtrise, organisé de manière anarchique ; il a fallu mettre de l'ordre ». Le jardinier s'est affairé à créer de la biodiversité végétale pour les insectes, cohérente, belle et dynamique car les jardins sont toujours en mouvement. Depuis, il essaie de faire prendre conscience aux gens des aménagements paysagers intelligents. (...)

Le castor a été éradiqué fin du 19e début du 20e siècle car il était facile à tuer pour sa fourrure très épaisse et la substance secrétée par le castoréum (une glande spécifique du castor), l'acide salicylique (l'aspirine d'aujourd'hui), connue pour ses qualité antalgiques. Il est remarqué dans les années 70-80 dans la rivière Drôme, aux Ramières, et aujourd'hui, il est partout !...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 24 mai 2019

À lire dans notre article : Comment changer le mode de gestion de son jardin ?
UA-22506836-1