Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

            

« Et je choisis de vivre »

Amande a perdu son enfant. Elle raconte son deuil dans un film émouvant. Un sujet qui a fait polémique en ce moment à travers le pays.

Le film "Et je choisis de vivre" parle du deuil. Le deuil d’une maman, Amande, qui a perdu son petit Gaspar âgé d’un an. Le deuil est un travail de longue haleine, avec des étapes à franchir, qui amènent vers un apaisement relatif.

Quand on connaît la sensibilité du réalisateur, Nans Tommassey, inutile de préciser que le film n'a rien de superficiel. Amis d’enfance, Amande a demandé à Nans de rencontrer des personnes qui avaient vécu le même drame qu'elle et de filmer ces rencontres.

Tout le long du film, Amande marche sur un fil, « Je m'en sors ou je m'enfonce »...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 14 février 2020

Le film sera diffusé le 18 février à la salle des fêtes d'Aouste-sur-Sye à 20h (en présence d’Amande et Nans) et le 31 mars au Centre de l'Aube, à Piégros-la-Clastre, à 20h.

Le congé pour le deuil d’un enfant

Comment ne pas parler de ce sujet qui a fait polémique à travers le pays ? Les députés de la majorité ont refusé l’allongement du congé pour le deuil d'un enfant de cinq à douze jours, proposé par les députés UDI-Agir. Le président, Emmanuel Macron, avait lui-même demandé « un peu d'humanité » aux députés.

Ce mardi 11 février, les députés LREM ont proposé « un plan global pour les parents endeuillés qui inclut un congé universel de trois semaines (15 jours ouvrés) pour tous les actifs : salariés du privé, fonctionnaires et indépendants ».

UA-22506836-1