Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                 

Vous nous avez manqué !

Après 8 semaines d'interruption de parution, nous revoilà !
L'édito de notre rédac'chef.

Après deux mois d’interruption forcée, due à la pandémie (et à une panne machine), nous revoilà. J’espère que vous avez supporté, tant bien que mal, ce confinement et que personne dans votre entourage n’a été touché.

Tout d’abord, je tenais à m’excuser auprès de mes lecteurs et particulièrement auprès de mes abonnés, de ne pas les avoir avertis par courrier de notre incapacité à imprimer Le Crestois. J’ai dû prendre la décision de basculer, gratuitement, l’intégralité de notre contenu sur notre site internet, très rapidement. Tellement rapidement, que cette idée ne m’a même pas effleuré l’esprit et je m’en excuse. Un sevrage de Crestois trop brutal, déclenche une situation de manque désagréable chez le lecteur assidu. Bien évidemment, les abonnements en cours, qu’ils soient papier ou numérique, seront prolongés de huit semaines.

MÉDIA 100% NUMÉRIQUE

Pendant ces deux mois, nous n’avons pas chômé. Devenir un média d’information 100% numérique, en l’espace de deux jours est un sacré défi pour une petite entreprise comme la nôtre et je souhaite de tout cœur remercier les membres de mon équipe, sans qui rien de tout cela n’aurait été possible.

Notre site internet, a dû être intégralement repensé pour avoir une arborescence plus proche du journal papier. De nouvelles rubriques ont dû être créées en cours de route pour répondre à certains besoins, notamment la rubrique conso, pour nos producteurs qui se sont retrouvés sans marché, du jour au lendemain. Une situation bien compliquée pour eux.

L’équipe du Crestois a également pu découvrir la joie du télé-travail, avec ses avantages mais surtout ses inconvénients. En particulier pour les journalistes qui ont l’habitude de se rendre sur le terrain pour récolter les informations nécessaires à l’écriture de leurs papiers.

L'INFORMATION N'A PAS DE PRIX

L’information n’a pas de prix mais elle a un coût. Le journal diffusant ses informations gratuitement, l’entreprise s’est trouvée privée de ses revenus. Nous avons donc lancé une campagne de financement sur notre site et vous nous avez soutenus. L’entreprise a récolté près de 4.000 Euros, par le biais de 116 généreux donateurs, que je remercie chaleureusement. Cette somme nous permettra d’affronter les mois à venir avec un peu plus de sérénité.

Cette expérience 100% numérique, nous a permis de nous rendre compte, qu’il fallait continuer dans ce sens. Le papier et le web répondent à des besoins différents, à des publics différents. Il faut donc continuer, c’est pourquoi, nous vous proposons de nouvelles offres qui répondent à ces besoins.

DÉCONFINEMENT

Nous voilà déconfinés depuis cinq jours, notre machine est réparée et le journal est imprimé. Ce Crestois est le reflet d’une période de crise. Il ne comporte que huit pages, là où habituellement, il en compte 20 ou 24. Le volume d’informations s’est considérablement réduit. Les concerts, la vie associative, le sport, la politique... tout s’est arrêté pendant deux mois de confinement.

Espérons que le déconfinement se passe pour le mieux et qu’une vie normale reprenne rapidement son cours. Mais la situation économique des mois à venir s’annonce délicate. L’économie mondiale sera durement touchée et Le Crestois ne sera pas épargné.

Au début du mois, Le Crestois a fêté, en silence, son 120e anniversaire. En 120 ans, il en a vu passer des guerres, des crises et malgré ça, il est toujours là. Il a d’ailleurs publié toutes les nécrologies de mes prédécesseurs ; finalement, c’est plutôt pour moi, que je devrais me faire du soucis...

Ce journal continuera à vous informer et il sera toujours au service de la liberté d’expression des habitantes et des habitants de la vallée de la Drôme, aussi longtemps que possible.

Jean-baptiste Bourde

Édito publié dans Le Crestois du 15 mai 2020

DÉCOUVREZ NOS NOUVELLES FORMULES D'ABONNEMENT
→ Pour que vive Le Crestois, abonnez-vous !
UA-22506836-1