Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Mobilisé·e·s pour surmonter la crise et construire "l’après"

Tribune de Samuel Arnaud et Hélène Bertau, conseillers municipaux d’opposition et têtes de liste de "Réinventons Crest".

Depuis trois mois, nous vivons une période qui restera dans les livres d’histoire, qui aura changé nos vies et soulevé énormément de questions pour l’avenir. Le déconfinement progressif qui s’opère depuis quelques jours doit être évidemment accompagné d’une grande prudence dans nos comportements, de civisme, mais également d’une détermination sans faille dans l’affirmation de nos valeurs : liberté, égalité, fraternité.

Oui, la liberté, base de notre devise nationale, doit être défendue, sinon le remède pourrait devenir pire que le mal. Ce n’est pas la liberté de faire n’importe quoi, mais bien celle de s’exprimer, de préserver sa vie privée et celle de choisir pour soi. Oui, l’égalité impose la solidarité, elle n’a pas de prix et doit nous faire prendre toutes les décisions pour ne laisser personne dans la difficulté ou sur le bord du chemin.

Oui, la fraternité, c’est le respect de la différence, le refus de la haine et de la violence, tout particulièrement quand les temps sont durs et affectent nos vies. L’issue de cette crise dépend de ce que nous en ferons collectivement. Elle peut conduire aux pires dérives, au repli sur soi et à une dégradation de nos conditions de vie. Mais elle peut aussi, et c’est notre aspiration, permettre de retrouver le chemin de la conscience collective et de faire avancer l’humanité dans le bon sens.

Nous dénonçons fermement les graves actes de vandalisme qui se sont déroulés ces derniers jours dans notre ville. Briser une vitrine et y inscrire des menaces de mort est un grave délit ; les auteurs devront répondre de ces actes devant la justice. Nous apportons notre soutien aux responsables de l’Hydre qui en ont été les victimes.

Comme candidats aux élections municipales, nous avions fait le choix très tôt de suspendre notre campagne du fait de l’épidémie. Mais nous n’oublions pas les enseignements du scrutin du 15 mars dernier. L’aspiration au changement pourra se faire entendre à nouveau lors de la poursuite de l’élection. Nous y participerons pleinement, le moment venu.

Nous avons poursuivi notre mandat de conseillers municipaux mais fait le choix de peu nous exprimer pendant cette période, car nous jugions qu’il était nécessaire de ne pas brouiller les messages et de laisser entendre la voix des autorités. Dans un esprit républicain, nous nous sommes mis à disposition de la ville, nous avons participé activement aux réflexions et à la mise en œuvre des actions municipales d’urgence.

À plusieurs reprises, nous avons fait des propositions et donné notre avis sur différents sujets auprès du maire et de la municipalité (maintien puis organisation pratique du marché au Champ de Mars, mise en œuvre de la réouverture des écoles, vigilance envers les personnes les plus fragiles ou en difficulté....). Nous avons participé à la distribution des masques et aux différents moments auxquels le maire nous a associés.

Si le temps de la crise imposait d’être aussi unis que possible, en mettant de côté nos différences et nos désaccords, la préparation de « l’après » nécessite un débat constructif mais contradictoire. La démocratie doit jouer son rôle.

Ce soir, lors du Conseil municipal, nous ferons une contre-proposition à la municipalité. Nous pensons que la proposition de 30.000 euros pour une tombola incitative à acheter dans les commerces de centre-ville, si elle part d’une bonne intention, n’est pas une mesure suffisante.

Nous proposons un plan d’urgence global pour permettre à notre ville d’aborder au mieux les prochains mois :

  • Offre complète d’accueil pendant tous les temps scolaires, en mobilisant d’autres équipements municipaux que les écoles, pour tous les enfants de familles crestoises qui le demandent.
  • Augmentation de l’aide d’urgence aux personnes précaires et aide au pouvoir d’achat des Crestois·e·s dans les commerces de centre-ville sur critères sociaux.
  • Subventions exceptionnelles aux différentes associations agissant pour répondre aux besoins de première nécessité.
  • Soutien financier et accompagnement des petites entreprises locales en difficulté.
  • Plan de communication et d’incitation à l’achat local, en concertation avec l’UCIA et les chefs d’entreprises qui souhaiteront être associés.
  • Réduction de 50% des droits de place pour les producteurs et forains des marchés de Crest, pour la fin de l’année 2020.
  • Suppression des droits de terrasse pour les cafés et restaurants crestois pour la fin de l’année 2020.
  • Maintien de toutes les subventions aux associations crestoises, même en cas d’annulation des manifestations et projets (nous pouvons faire confiance aux dirigeants et bénévoles pour réorganiser la suite de leur activité).
  • Subventions exceptionnelles aux associations ayant eu des répercussions sur leurs finances et pour maintenir des actions culturelles dans les prochains mois. (...)

Nous estimons ce plan à 100.000 euros. Toutes ces actions sont prioritaires et urgentes, notre ville doit s’en donner les moyens. Nous défendrons ce choix dans le cadre des budgets supplémentaires mis en débat ce soir.

Samuel ARNAUD et Hélène BERTAU
Conseillers municipaux d’opposition et têtes de liste de "Réinventons Crest"

Tribune publiée dans Le Crestois du 22 mai 2020

UA-22506836-1