Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Pas très catholique tout ça…

Transitions, la chronique de Vincent Meyer.

J’ai cessé de croire au dieu des chrétiens. Non par indifférence ou par lassitude, mais par conviction. Les affirmations du Credo sont tombées les unes après les autres. Pour autant, j’ai voulu approfondir ma relation à l’invisible. J’interpelle les croyances construites par l’homme pour se rassurer ou pour tenter de communiquer avec le divin.

Les religions sont toutes marquées par l’environnement culturel et les mythes du passé. Les principaux textes de l’ancien testament ont été rédigés bien après les événements racontés (un peu comme l’Illiade et l’Odyssée). L’influence des mythologies mésopotamienne et égyptienne est une évidence. De même, les évangiles canoniques ont été écrits bien après la mort de Jésus. Les religions du Livre sont marquées par un anthropomorphisme radical. Dieu aurait fait l’homme a son image. Ne serait-ce pas plutôt l’inverse ?

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Chronique publiée dans Le Crestois du 28 août 2020

UA-22506836-1