Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Régionales : le PS résiste, le FN dévore

Pour ces élections régionales, la zone du Crestois tente de résister timidement à la vague «mariniste». Les écologistes et l’extrême-gauche s’effondrent. 17 communes tests pour mesurer le bouleversement.

Ce dimanche, dans notre département de la Drôme où le Front National a fait sa meilleure performance d’Auvergne- Rhône-Alpes, les abstentionnistes du premier tour vont jouer un rôle capital. En effet, le mouvement observé dimanche dernier est d’une ampleur considérable et il est particulièrement intéressant à observer dans notre petite région qui a certaines caractéristiques électorales bien ancrées.

Notre région a connu une forte implantation de personnes à sensibilité écologiste ou alternative. Bien entendu cela s’est à l’occasion traduit dans les résultats des élections. Cette fois-ci, comme le montre la liste ci dessous de communes tests, c’est, pour cette fraction de l’opinion, la Bérézina. Les écologistes et l’extrême gauche sont lessivés. Il n’est pas rare de voir la perte de la moitié des suffrages comptabilisés en 2010, pour les dernières élections régionales. Ceci n’est certes que la traduction locale du désarroi de cette mouvance à l’échelon national. Du côté, en particulier, des écologistes, la tactique incompréhensible de Europe Écologie-Les Verts se paie au prix fort.

Mais il y a une autre raison à cette déroute. De toute évidence, bon nombre d’électeurs, sentant monter le vent mauvais ont d’emblée voté pour la liste socialiste de M. Jean-Jacques Queyranne. La preuve en est qu’ici ou là, il progresse par rapport à 2010. Reste l’essentiel: le Front National explose, doublant souvent, voire davantage, ses performances des scrutins antérieurs, même dans une région comme la nôtre qui ne lui est pas favorable à priori. Ceci montre bien le caractère national du phénomène: le plus souvent, lors de vote, des spécificités locales amènent des nuances. Là non, ou à peine.

M. Wauquiez améliore le score de la liste équivalente de 2010, mais dans des proportions si faibles par rapport au tsunami du Front National qu’on le remarque à peine. Ceci marque un échec total de la stratégie de M. Sarkozy et de tous ceux qui, dans son camp, ont flirté avec les idées du Front National. Ils ont ouvert la porte et désormais sont submergés. Avec eux, la nation entière. Il se trouve que, à l’échelon régional, M. Queyranne ayant encore des réserves de voix par ses alliés de gauche, a une chance de sauver la région pour la gauche. Mais tout dépendra de cette masse colossale d’abstentionnistes (près de 50%!) et de la manière dont elle aura apprécié ce bouleversement de la vie politique française.

Jacques Mouriquand


17 communes tests pour mesurer le bouleversement

Que nous apprend la comparaison entre les résultats de ce premier tour des élections régionales et le même, la dernière fois, c’est à dire en 2010. Nous avons retenu, dans l’examen des différentes communes-tests sélectionnées, les résultats en pourcentage des suffrages exprimées, c’est-àdire la donnée la plus parlante.

À Crest, le plus impressionnant est la progression du Front National qui, avec 545 voix, double purement et simplement son pourcentage de voix par rapport à 2010 (17,60% désormais) et pratiquement au même niveau que le candidat FN aux élections départementales de ce printemps. Assurément, M. Wauqiez progresse par rapport à la liste équivalente de 2010, mais d’un point seulement alors qu’il avait l’actif soutien de M. Mariton. M. Queyranne perd deux points. Mais ce qui est le plus notable c’est la perte de huit points des écologistes, la chute très sensible du total Front de Gauche- Parti Communiste et l’effacement de l’extrême gauche. Ceci fait la démonstration d’une part que le soutien d’une forte personnalité locale n’a pas pesé : la vague est nationale et emporte tout; d’autre part que les électeurs de gauche ont d’emblée été se porter sur M. Queyranne qui limite plutôt la casse.

À Allex, M. Wauquiez grignote moins d’un point, tandis que, en part relative, M. Queyranne... progresse, mais le Front National, avec 297 voix fait plus que doubler en pourcentage.

Aouste reste une commune largement marquée à gauche même si M. Queyranne, en tête (28,92%) perd un point et demi. Mais M. Boudot (FN) fait passer sa liste de 10,35% des voix en 2010 à 25,54 ! L’extrême- gauche divise son (petit) poids par cinq.

Mirabel et Blacons reste résolument à gauche puisque M. Queyranne (33,74% des voix) est en progression de 6 points, mais c’est au détriment des pertes massives des écologistes et de l’extrême gauche. Cela n’empêche pas un score considérable du Front National qui double son poids relatif à 22,74% des voix.

À Beaufort-sur-Gervanne, forte progression socialiste également, M. Queyranne gagnant presque 9 points tandis que les écologistes et l’extrême gauche ont de moindres pertes par rapport à ce que l’on peut observer ailleurs. Mais le Front National gagne plus de cinq points, se situant cependant audessous du résultat obtenu aux dernières départementales. M. Wauquiez grignote un gros point.

Divajeu fait un triomphe au Front National qui multiplie par 2,5 son poids relatif en arrivant en tête avec 28,05% des suffrages exprimés devant Jean-Jacques Queyranne qui tient bon, ne perdant qu’un point et demi à 26,7%. Laurent Wauquiez, lui, progresse de deux petits points. Les écologistes perdent la moitié de leur poids à 10,86%...
(...)

La suite de cet article est à lire dans Le Crestois du 11 décembre 2015, avec les résultats et analyses pour les communes de Eurre, Chabrillan, Montoison, Montmeyran, Grâne, Saoû, Bourdeaux, Saillans, Upie, Aubenasson et Les Tonils.

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.