Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Le petit village gaulois a résisté

Pour le second tour des régionales, le sursaut républicain a été spectaculaire dans notre région. Reports massifs des écologistes et de l’extrême gauche sur Queyranne. Mais Laurent Wauquiez est élu.

Il était difficile, dimanche dernier, au soir des élections régionales, de ne pas songer à nos excellents Astérix et Obélix et à leur petit village gaulois. Car le comportement électoral de notre petite région a été conforme à sa vieille tradition républicaine. Partout, partout, partout, on a observé un report massif des voix écologistes et d’extrême gauche sur la liste socialiste de M. Jean-Jack Queyranne et un gain de celui-ci parmi les abstentionnistes beaucoup plus fort que pour M. Wauquiez. Le phénomène est d’autant plus remarquable que, comme l’on sait, les écologistes, le PC, le Front de Gauche et l’extrême gauche ont des relations exécrables avec le Parti Socialiste. Mais, en l’occurrence, face notamment à une tête de liste de droite qui s’était manifestée comme très agressive, les électeurs de gauche, toutes sensibilités confondues, ont pris sur eux, quitte à se pincer le nez.

La remontée de la participation a été très spectaculaire. À Beaufort-sur-Gervanne, où il se trouve que le bureau de vote jouxte la boulangerie, la boulangère faisait remarquer, dès les premières heures de la matinée de dimanche, qu’à voir le nombre de croissants qu’elle vendait, les électeurs étaient sensiblement plus nombreux. Le phénomène est encore plus remarquable si l’on considère l’ensemble du département de la Drôme. On se souvient que le Front National y avait fait son meilleur score relatif de la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne. Les neuf points d’écart de participation ont profité à la gauche. Même à Valence où le maire, Nicolas Daragon, tête de la liste départementale des Républicains, est devancé par M. Jean- Jack Queyranne.

Chez nous, à Crest, la liste de droite récupère (en chiffres arrondis) certes 300 voix entre les deux tours, sans doute essentiellement chez les abstentionnistes, mais M. Queyranne avait, outre la réserve des abstentionnistes (200 environ), la réserve des écologistes, du FdG et de l’extrême gauche. Moyennant quoi il arrive nettement en tête avec 45,7 % des voix, soit pratiquement 10 points de plus que M. Wauquiez. Sélectionnons uniquement des communes qui penchent à droite : à Montoison, M. Wauquiez gagne 90 voix, M. Queyranne 225 ; à Montmeyran, M. Wauquiez gagne 200 voix, M. Queyranne 250 ; à Upie, M. Wauquiez gagne 80 voix, M. Queyranne 150.

Que dire des communes traditionnellement de gauche ! À Mirabel et Blacons, M. Wauquiez gagne 60 voix, M. Queyranne 100; à Bourdeaux, M.Wauquiez gagne 30 voix, M. Queyranne 100; à Aouste, M. Wauquiez gagne 120 voix, M. Queyranne 230; à Saillans, M gagne 55 voix, M. Queyranne 250 voix.

Mais le Crestois, n’est pas Rhône-Alpes-Auvergne : cette poussée locale n’a pas suffi. Et M. Wauquiez l’a emporté au final.

Jacques Mouriquand

Article paru dans Le Crestois du 18 décembre 2015

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.