rubrique zic

                

Les enfantillages d'Aldebert

Une série de chansons humoristiques originales pour enfants traitant de nombreux sujets se société.

Salut à tous, et bienvenue dans le choix du disquaire !

S'il a débuté sa carrière au tout début des années 2000, avec des albums de chansons françaises, Aldebert a connu un fort regain d'intérêt depuis le premier opus de sa série des "Enfantillages" en 2008, et se concentre d'ailleurs principalement dessus depuis.

Le principe est assez simple : des chansons humoristiques originales pour enfants traitant de nombreux sujets : l'école, les animaux de compagnie, la famille, le fait de grandir, la peur du noir ou des monstres, etc. Autant de sujets abordés avec un humour toujours juste et faisant mouche auprès des enfants, mais répondant aussi de manière décalée à des questionnements enfantins sur le monde.

C'est d'ailleurs la plus grande qualité de ces albums : ils sont emplis d'une sincère empathie et d'une grande bienveillance envers les petits bonhommes à qui ils s'adressent.

Aldebert est un musicien suffisamment aguerri et compétent pour proposer des styles variés (rock, reggae, chanson, etc), toujours très bien interprétés et mis en son (c'est important, car ces albums sont souvent dans les premiers à éveiller la curiosité musicale des enfants, et ce premier contact avec la musique est capital dans leur apprentissage).

En outre, chaque album est l'occasion de recevoir une pléiade d'invités venus prêter main forte à Aldebert, de Cali à Zaz en passant par Thieffaine, Claudio Capéo, Gauvain Sers ou les Kids United, pour n'en citer que quelques-uns.

En plus d'apporter leur personnalité et leur talent, ces invités permettent également une vraie diversité de ton et d'ambiances. Avec trois opus parus, un album de Noël et un best of (avec de nouvelles interprétations de chansons), vous avez l'embarras du choix pour faire plaisir à vos bambins dès 3 ans !

Album disponibles en CD

Olivier Chapelotte
Disquaire à la Fnac d'Aouste

Article publié dans Le Crestois du 12 juin 2020

UA-22506836-1