Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                 

Les cinq cent millions de la begum (1879)

Carnets de voyages #5 - Ce roman avant-gardiste est un avertissement contre le productivisme excessif et l'industrialisation à outrance.


begumBienvenue, voyageurs de l'imaginaire !

Avant toute chose, peut-être est-il judicieux de définir ce qu'est une "begum" : il s'agit, en Inde, du nom donné à l'épouse favorite du sultan, soit un équivalent local à "reine".

Mais notre voyage ne nous emmènera pas en Inde, où la begum Gokool est décédée, mais bien en France et en Allemagne où résident respectivement le docteur François Sarrasin et le professeur Schultze, tous deux héritiers lointains d'une fortune colossale de cinq cent millions de francs-or. Que faire de tout cet argent ?

Et bien chacun de ces éminents savants va décider de construire une ville symbole de sa vision de la technologie. Tandis que le Français va essayer de créer la ville parfaite en prenant en compte les dernières théories scientifiques (en particulier sur l'hygiène) et la nommer France-Ville, l'Allemand va bâtir, non loin de là, une énorme cité industrielle baptisée Stahlstadt ("la Cité de l'Acier")...

Mais des rumeurs commencent à circuler : le professeur Schultze aurait comme secret dessein d'éradiquer totalement France-Ville... Oserez-vous accompagner le courageux Marcel Bruckmann, ami du docteur Sarrasin, dans sa mission d'espionnage au cœur même de Stahlstadt ?

Ce roman, mêlant astucieusement aventure et espionnage, est également une mise en garde contre le productivisme excessif et l'industrialisation à outrance (thème particulièrement avant-gardiste) et une dénonciation du nationalisme exacerbé (qui conduira d'ailleurs, entre autres causes, à la première guerre mondiale). Une nouvelle preuve de la clairvoyance remarquable de son auteur.

Enfin, il convient également de saluer la description de Stahlstadt, ville dystopique oppressante évoquant Metropolis de Fritz Lang avec, là encore, quelques décennies d'avance.

Alors bon voyage à toutes et à tous, et à la semaine prochaine pour découvrir votre prochaine destination !

Olivier Chapelotte

Les cinq cent millions de la begum, de Jules Verne
Publié aux éditions Livre de Poche

Article publié dans Le Crestois du 15 mai 2020

Chronique de la semaine dernière : Les Indes noires

UA-22506836-1