Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

La genèse des monuments aux morts

En France, entre 1920 et 1925, 35 000 monuments dédiés aux "morts pour la France" sont construits.

Si la terrible Première Guerre mondiale a pris fin le 11 novembre 1918, le traumatisme qui s’ensuit demande à ce que l’on se souvienne de toute cette jeunesse tombée au champ d’honneur, de reconnaître leur sacrifice, d’honorer les survivants, et de prendre en compte les «gueules cassées, les orphelins, les veuves, etc.

La France est meurtrie et les familles pansent leurs plaies béantes. Les corps de leur fils, de leur mari, de leur père ne sont pas toujours retrouvés ou bien enterrés au loin. Le souvenir est douloureux. Dans cet état de souffrance, on a besoin de se recueillir quelque part. Les tombes de soldats inconnus seront érigées dès le 11 novembre 1920, et les communes ont créé elles aussi des lieux du souvenir...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 20 novembre 2020

UA-22506836-1