Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

L’incroyable histoire des rois mages

De l’autre côté de l’hémisphère, notre ami Alain Landy garde un oeil sur nous et tente de nous redonner le sourire avec quelques histoires.

Il nous a envoyé un beau stock de Contes de Noël que nous allons diffuser tout au long de Décembre.


Sourions un peu avec ceci :

Oups ! pardon ça c’est l’original, voici la copie :

Toute ma jeunesse !

De l’Évangile de Saint Matthieu à l’exhumation de trois squelettes par sainte Hélène au 4e siècle et leur arrivée à Cologne après un détour par Constantinople puis Milan, voici la véritable histoire des légendaires Rois Mages.

Mais, avant tout, pourquoi a-t-on introduit ces trois fabuleux personnages dans l’histoire de Noël ? Trois raisons majeures, « politiques » et « prosélytiques » me viennent à l’esprit. (Cependant, il y en a certainement d’autres) :

  • Prouver que la venue de Jésus était inscrite dans le ciel donc qu’il était le véritable Messie
  • Montrer que Jésus était venu sur terre pour tous les peuples qui l’habitent, sans distinction ni de race, ni de couleur, ni d’origine.
  • Démontrer que Dieu n’a pas élu un peuple en particulier, mais qu’il est le Dieu de tous les humains.

La châsse contenant les reliques des trois Rois Mages est conservée dans la cathédrale de Cologne, la deuxième plus haute église d’Allemagne et du monde. Réalisée entre 1181 et 1230 selon les plans de l’un des plus fameux orfèvres médiévaux, Nicolas de Verdun, cet imposant reliquaire occupe une place importante dans le culte rendu à ces personnages hors du commun, dont seul l’Évangile de Saint Matthieu fait pourtant référence.

Depuis l’adoration dans l’étable de Bethléem à l’arrivée de leurs "saintes dépouilles" à Cologne, plusieurs interprétations se sont développées au fil du temps.

L’importance de ces personnages débute dès le 2ème siècle de notre ère et, depuis, elle ne cessera de grandir. Ainsi le père de l’exégèse biblique, théologien de la période patristique, le vieil Origène né à Alexandrie vers 185 et mort à Tyr vers 253, nous apprendra qu’ils sont trois. Tertullien écrivain latin carthaginois de la même époque les élèvera au rang de Rois. Au 6ème siècle, ils seront popularisés sous les noms de Balthazar, Gaspard et Melchior, entrant ainsi dans le cercle restreint des personnages traditionnels des récits de la Nativité.

Quand leurs reliques arriveront à Cologne, les Rois Mages seront déjà des personnages légendaires représentant l’humanité toute entière. Selon l’ « Histoire des rois mages », le religieux Jean de Hildesheim (1315-1375), ce serait Hélène de Constantinople, épouse de l’empereur romain Constance Chlore et future Sainte Hélène, qui les aurait fait exhumer puis ramener une première fois à Constantinople, à l’occasion d’un pèlerinage à Jérusalem. Mais, quelque temps plus tard, son fils, l’empereur Constantin, les offrira à Eustorgius Ier, futur évêque de Milan, qui les emportera avec lui à Milan où ils resteront environ huit siècles.

Et c’est en 1164 que les reliques passent de Milan à Cologne, après la mise à sac de la ville par les troupes de l’Empereur Frédéric Barberousse qui était furieux d’avoir été excommunié par le Pape. L’Empereur fait alors don des trois squelettes à Renaud de Dassel, l’archevêque de Cologne, qui les place dans la cathédrale de sa ville où ils se trouvent toujours aujourd’hui. Ainsi, dès le 12ème siècle, Cologne devient la quatrième ville sainte du christianisme, après Jérusalem, Rome et Constantinople.

Les premiers Chrétiens se voulaient rassembleurs. Il n’en a pas été de même par la suite mais ça, c’est une autre Histoire !

Alain Landy

Article publié dans Le Crestois du 27 novembre 2020

UA-22506836-1