C’est quoi ce mot ?

Transitions, la chronique de Vincent Meyer du 18 septembre 2020.

Quel mot ? Le mot «mot». Juste trois lettres? M, O et T. Pas suffisant, je trouve, pour décrire le «mot». D’ailleurs, l’ordre importe beaucoup. Mot n’est pas Tom ! De plus, les blancs, avant et après le mot, sont indispensables. Ils font partie du mot puisque le mot n’existe pas sans eux. Ainsi «unmotcreux» ne veut rien dire. «Un mot creux» non plus d’ailleurs! Encore que… Le creux n’évoque-t-il pas le vide ?

On voit bien là que le mot ne se résume pas à des lettres correctement rangées. Car il est porteur de sens. Le mot «vide» est donc plein. De sens. Vous allez dire que je n’ai apparemment rien à dire. C’est un peu vrai. Mais je vais le dire quand même. Et l’écrire. D’ailleurs les mots pour le dire ne manquent pas. Les mots creux, les mots vides. L’espace entre les mots finit par être plus parlant que les mots euxmêmes. On peut aussi lire entre les lignes. On vous comprend à demi-mot. Alors à quoi bon terminer la phrase ?...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Chronique publiée dans Le Crestois du 18 septembre 2020

UA-22506836-1