De la Résistance (CNR) à l' Insoumission (LFI)

Tribune de Gérard Guillemaud du 2 octobre 2020.

Ces deux belles notions soeurs me font poser une question, qui appelle ici des réponses argumentées. Pourquoi tant de Français ont plébiscité (encore aujourd'hui) le projet du Conseil National de la Résistance alors qu'ils ont tant de critiques ou d'indifférence envers "l'insoumission" ?

J'essaie moi-même quelques hypothèses de comparaison et de réponses :

1/ Il y eut Jean Moulin, personnage important, sympathique et mort pour la France. À sa suite, en ces temps de fin de grande guerre, des hommes libres ont écrit le projet surnommé "les jours heureux" qui a abouti à la mise en oeuvre d'un modèle social français exemplaire. Ce modèle approuvé fut légalisé dans les premières années de libération du pays avec de fortes avancées de progrès et surtout de solidarité pour le peuple et les "travailleurs" salariés et indépendants.

Ensuite, les décennies passant, le rêve américain s'est fait jour ! Ce rêve (vive l'Amérique), souffla des idées de "réformes" à nos dirigeants politiques se disant "môdernes", avec l'esprit conquérant de libre échange et de concurrences, contre "les Gaulois réfractaires". «Tu veux t'instruire, tu paies, tu veux te soigner, tu paies, tu veux travailler, tu traverses la rue...»

La suite logique, déjà en route, fut la mondialisation avec son cortège de catastrophes sociales et économiques. Le réchauffement climatique et la destruction d'écosystèmes ont concrétisé la question écologique. C'est là qu'est né l'esprit de «l' insoumission».

2/ Avec un homme paraissant moins sympathique, mais, très bien entouré lui aussi, bien vivant, et fort d'une profonde philosophie pour un autre monde et une nouvelle République vraiment démocratique, solidaire et écologique. C'est alors que le monde de la finance qui gouverne la planète, se craignant menacé, en France, a fait son oeuvre méthodiquement et sournoisement via les grands médias qu'il possède, lui faisant subir "la mauvaise réputation" en 2017. Ce qui fut injuste car le programme de La France Insoumise est à mon avis le plus digne successeur et défenseur du progrès social voulu par le CNR des années 40.

Gérard Guillemaud

Tribune publiée dans Le Crestois du 2 octobre 2020

UA-22506836-1