Quelle agriculture privilégier ?

Tribune du 9 octobre de François Merle, à propos du projet d’élevage de 8 000 poulets à l’entrée du village de Suze.

J’ai lu avec surprise et, malgré la teneur des propos, avec intérêt, l’article de Mad a m e Sandrine Jurain dans le n° 6258 du Crestois. J’ai souhaité réagir.

Tout d’abord, une remarque de forme. J’avais en tête que le respect de la déontologie appelait l’auteur(e) d’un article à révéler la nature de ses éventuels liens familiaux et/ou financiers avec le sujet traité. Des liens familiaux unissent Madame Jurain et l’agriculteur initiateur du projet ainsi qu’avec le propriétaire du terrain concerné. Cela ne lui enlève en rien le droit d’avoir et d’exprimer son opinion, sa colère qui m’apparaissent sincères. Il est toutefois préférable pour l’information des lecteurs de s’exprimer en toute transparence. Pour ma part, j’indique que je suis un des proches riverains du projet d’élevage.

En quoi cet article me semble intéressant et entendable ?

Il illustre parfaitement les débats qui traversent notre société : quelle agriculture privilégier ? Comment concilier protection de l’environnement, des paysages, maintien d’un cadre et d’une qualité de vie attractifs avec une approche industrielle de l’agriculture ? L’opposition frontale révélée dans l’article démontre aussi la nécessité pour les communes rurales de porter une politique en matière d’environnement, en matière d’orientation agricole, en matière de tourisme … La pétition puis l’article de Madame Jurain viennent de lancer magistralement la campagne électorale qui devrait s’ouvrir à Suze après l’annulation de l’élection de mars 2020...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 9 octobre 2020

UA-22506836-1