Réaction à l’article "Vers une deuxième vague plus longue et plus intense" paru dans Le Crestois

Tribune du 13 novembre 2020 d’Isabelle Cauliez.

À la vue des diagrammes, carte et courbes illustrant l’article du 6 novembre consacré à la deuxième vague de l’épidémie de Covid 19 dans la Drôme, j’ai tout d’abord été un peu effrayée, puis curieuse (j’aime bien décortiquer les chiffres!) et, pour finir, agacée.

Si le « taux d’incidence » peut être pertinent à l’échelle d’une agglomération ou d’un département, l’est-il vraiment à l’échelle de nos petites communes ? Sur la carte présentée, les villages affichant les plus forts taux ne dépassent pas pour la plupart les 200 habitants… Ainsi à Comps, qui compte 175 habitants, si une seule personne est testée positive, le taux affichera déjà un niveau de 570 pour 100000 habitants. Et il fera un bond de 100% à la 2e personne positive, pour atteindre le seuil maximum de "plus de 1000" pour 100000 (ce qui, soit dit en passant, correspond à 1%...)...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 13 novembre 2020

UA-22506836-1