Retenues d’eau : une bonne idée pervertie par leur surdimensionnement

Tribune du 24 décembre 2020 de Stéphane Cozon.

Ingénieur agricole de formation, je viens d’achever une carrière de paysan bio en tant que polyculteur-éleveur à la ferme de Baume Rousse à Cobonne. Citoyen actif et impliqué dans le territoire, je vous fais partager quelques réflexions sur la question de l’irrigation dans la basse vallée de la Drôme.

Les projets pharaoniques de création d’énormes retenues d’eau, avec un coût estimé à plusieurs dizaines de milliers d’euros par hectare irrigué, coût couvert en bonne partie par de l’argent public, ont les faveurs de nombre d’institutions et d’acteurs du monde agricole. À première vue, le fait de stocker l’eau lorsqu’elle est abondante pour pouvoir l’utiliser lors des sécheresses semble une bonne idée.

Cependant, comme pour l’énergie ou d’autres biens communs, le questionnement en amont de ces projets sur les besoins d’irrigation et leur nécessaire réduction n’a pas été pris en compte...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 25 décembre 2020

UA-22506836-1