« Monsieur Mariton, je suis triste »

Lettre ouverte du 24 décembre 2020 de Louis Le Saux.

Monsieur Mariton, je suis triste. Pourtant, les fêtes de Noël, c'est beau, c'est joyeux. Vous les organisez avec tellement de soin, presque sans compter à la dépense, pour une petite commune comme Crest : les éclairages, les petits chalets, la décoration et autres nombreuses attentions pour cette fête...

Je suis triste. Pendant ces fêtes de Noël, des gens que j'hébergeais gracieusement dans mon pré, aux Gardettes, ont été expulsés par ordre de la mairie. Je suis triste. À aucun moment, l'adjoint à l'urbanisme, la technicienne de l'urbanisme, ou vous-même ne vous êtes souciés du sort de ces personnes...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 25 décembre 2020

UA-22506836-1