Bienvenue en Absurdie !

Tribune du 8 janvier 2021 de Rodolphe Dejour.

Dans un premier temps, je pensais faire une belle tribune pour vous souhaiter la bonne année, la bonne santé et mes meilleurs voeux. Je souhaitais vous écrire un mot sur notre canton, sur les futures élections territoriales (ex. cantonales) et régionales, vous exprimer mon amour, ma passion pour notre belle vallée, les 28 communes du canton de Crest et ses habitants.

Je voulais remercier Hervé Mariton de m’avoir confié la délégation de l’accueil, l’accueil des nouveaux Crestois, l’accueil des clients dans les commerces et l’accueil des touristes. Ceci commence par l’organisation d’un réseau de bénévoles voulant partager l’amour de leur ville de manière enthousiaste. À l’anglicisme "greeters", je lui préfère le terme de "balades crestoises" afin d’offrir, aux touristes ou aux locaux, un accueil des plus chaleureux pour découvrir ou, redécouvrir les trésors de notre ville, d’une part et, d’autre part, vivre et partager une expérience unique, authentique et gratuite via une balade à travers la ville.

J’aurais également aimé partager avec vous mon envie de m’investir dans le tourisme, car je suis persuadé que, pour notre économie et les emplois de demain, c’est la voie à suivre. En effet, lorsque la Communauté de Communes du Diois, aux sources de la Drôme, a décidé d’investir dans le tourisme, cette activité est devenue la première source d’économie et d’emplois, avant même l’activité viticole.

Mais ce matin, en préparant cette tribune, mon attention a été attirée par l’excellentissime Pascal Praud, lorsque j’ai appris dans son émission l’heure des pros que « le planning familial » a décidé que les femmes n’existaient plus ! Les femmes ont été remplacées par « les personnes qui ont un utérus ». Or le planning familial est une association vivant quasiment exclusivement des deniers publics et se revendiquant comme étant un « mouvement féministe d'éducation populaire ».

J’en ai vraiment ras la casquette, pour rester courtois, qu’une minorité nous impose ses idéaux ! La colère me prend surtout quand j’entends, toujours dans cette même émission, que toutes les notes des journalistes du service public de France Télévision et que toute la communication interne sont en écriture inclusive. Mais où va la France ? Qui a de l’autorité dans notre pays ? Qu’est-ce qui ne tourne plus rond chez nous ?

Dans la langue de Molière, le masculin embrasse le féminin, merci à l’ex-chef du Gouvernement Édouard Philippe d’avoir banni des textes officiels l’horreur visuelle de l’écriture inclusive et ainsi d’avoir préservé la pertinence et la beauté de notre langue. Je suis gaucher et dyslexique, ces chapelets de points médians perturbent ma lecture et détruisent ma concentration ; je ne pense pas être le seul dans ce cas-là !

On peut respecter les femmes, les transgenres, les homosexuels, les bisexuels, les hommes… Je suis d’accord avec Albert Camus, lorsqu’il écrit : « La démocratie ce n’est pas la loi de la majorité mais la protection de la minorité ». Je voudrais tout de même rajouter à cette citation : « Néanmoins, pour que la démocratie soit pleine est entière, qu’elle accepte la minorité, il est hors de question que cette dernière impose à ladite majorité sa vision du monde car, si tel est le cas, ce n’est plus une démocratie, c’est une dictature ! »

Rodolphe Dejour

Tribune publiée dans Le Crestois du 8 janvier 2021

UA-22506836-1