Tellement, c’est tellement

Tribune du 2 avril 2021 de Jean-Denis Costaftis, Crestois intermittent.

« Trop, c'est trop ». C’est le titre de l’édito qu’Hervé Mariton a choisi pour « incendier » le milieu alternatif drômois dans le dernier journal municipal Crest le Lien : comme quoi la pensée libertaire a outrepassé les limites, en gros.

Hervé, tu en avais gros sur le coeur ; les méchants anarchistes du Crestois en veulent à la vie et au commerce alors que tu ne souhaites que flonflons et contentements, ce qui est une victoire sur la barbarie. En plus tu as raison : trop, c'est trop. Je dirais même plus : c'est mathématique.

Monsieur Mariton, pardon de vous avoir tutoyé, je n'oublie pas que vous avez été ministre quarante-huit jours*. En 1995, j'ai été élu délégué de toutes les 5èmes de mon établissement en disant : « Je ferai comme celui d'avant mais en mieux ». Est-ce que ça peut compter ? Je me mets le titre en bas de l'article quitte à vivre dans le passé et l'imposition de ma force éternelle ?...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 2 avril 2021

UA-22506836-1