Indispensable liberté d’expression

Tribune du 2 avril 2021 d’Irène Libert.

Dans son dernier éditorial du bulletin municipal Crest Le lien, Monsieur le Maire déclenche ses foudres contre le média local Ricochets ; il s'en prend aussi au café associatif L’Hydre et n'oublie pas de décocher ses flèches contre l'hebdomadaire Le Crestois pour accepter des tribunes à caractère anonyme. On se demande par quel hasard le Dauphiné libéré a échappé à sa vindicte ?

Je m’étonne que l’acte de vandalisme qui a mis à terre les vitrines de L’Hydre n’ait pas fait l’ objet d’une aussi forte dénonciation. Quel peut bien être le fait déclencheur de cette colère ? Il s'agit d'un article paru dans Ricochets, le 7 mars 2021. Cet article est signé par le « collectif de solidarité avec les saboteurs et les saboteuses » ; il vise à exprimer sa solidarité avec ceux qui ont commis le sabotage dans le local technique Orange, à Crest.

Dans cet article est longuement développé le pourquoi d'une telle action ; quand on n’est pas entendu, quand on se sent impuissant, que peut-on faire pour inverser la courbe des choses ? Cet acte est censé nous faire réfléchir à notre extrême vulnérabilité face au numérique...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 2 avril 2021

UA-22506836-1