Contenir un peuple sauvage ?

Tribune du 9 avril 2021 du Collectif citoyen des quartiers.

La critique serait-elle interdite ? Mais bon sang, on ne peut pas s’en empêcher ! Parole de gens des quartiers, on ne casse rien, on traverse dans les clous, on marche sur les trottoirs (quand il y en a et s’ils sont praticables), mais on écrit. C’est parfois un peu irrévérencieux, on en convient. Mea culpa ? Que nenni. C’est le seul moyen d’être entendus. Enfin peut-être.

Si nos écrits relèvent quelquefois de l’oeuvre d’art, ils émanent toujours de constats, d’interrogations et dénoncent les dérives d’une mairie qui s’obstine à tenir les gens éloignés de toutes décisions municipales. S’il faut des pauvres pour maintenir le niveau de vie et le confort des riches, la misère crestoise en dit long sur la volonté du maire d’ignorer, voire de tenir à l’écart les « gens de rien », et surtout d’éviter l’amélioration éventuelle de leurs conditions de vie...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 9 avril 2021

UA-22506836-1