Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

« J’ai d’abord cru à une boutade...»

Heurtés par les saillies de l'ancien maire, cinq élus de Saillans ont souhaité répondre point par point aux critiques.

L'équipe municipale de Saillans a été la cible d'attaques virulentes de François Pégon, dans notre édition du 2 novembre. Fernand Karagiannis, Agnès Hatton, Annie Morin, Jocelyne Bougard et Vincent Beillard ont répondu à nos questions :

Le Crestois : Comment avez vous reçu les critiques formulées à votre encontre par l'ancien maire de Saillans ?

Fernand Karagiannis : J'ai d'abord cru à une boutade... Je crois qu'il essaie de monter les gens les uns contre les autres. Je me sens agressé par le mot "menteur". Et s'il y en a un, c'est lui. Il distille la calomnie, sème des polémiques dans lesquelles nous ne souhaitons pas entrer. Nous restons une équipe soudée. Ce sont des propos que je juge diffamatoires. Mais au fond, cela nous conforte dans notre projet. Monsieur Pégon semble souffrir du traumatisme d'avoir perdu il y a 4 ans. Par ailleurs, je trouve que c'est un comble que celui qui a cloisonné la mairie pendant son mandat crie aujourd'hui à la dictature.

Agnès Hatton : Quand il parle de "groupuscule", peut-être fait-il référence à sa propre mandature, où ils étaient quatre à gérer la mairie, sans informer le public...
(...)

La suite de cet entretien est à lire dans Le Crestois du 9 novembre 2018

UA-22506836-1