Bibliothèque de Chabrillan : les limites acceptables du débat public ont été largement dépassées

Tribune du 9 avril 2021 de l’équipe municipale de Chabrillan.

L’Association Bibliothèque de Chabrillan a jugé utile de prendre violemment à partie notre conseil municipal dans une nouvelle tribune publiée par Le Crestois ce vendredi 2 avril, dont le texte avait précédemment été distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la commune. Il nous avait alors semblé préférable de ne pas donner réponse et de laisser s’éteindre d’elles mêmes ces tentatives peu scrupuleuses et passablement caricaturales de créer une polémique qui n’a pas lieu d’être, en poursuivant posément le travail dont nous avons la charge.

Mais les invectives de l’Association ont désormais largement dépassé les limites acceptables du débat public allant jusqu’à empiéter sur la vie privée de conseillers, et nous demandons que cela cesse. Il nous paraît maintenant indispensable de rétablir la sérénité dans notre village en dissipant les mensonges et contre-vérités de l’Association Bibliothèque que nous ne pouvons continuer à tolérer.

De quoi est-il question ? La chose est simple : oui, le conseil municipal de Chabrillan a décidé de reprendre en régie directe la gestion du service municipal qu’est la bibliothèque, et de ce fait de ne pas renouveler la convention qui en déléguait précédemment la gestion à l’Association Bibliothèque de Chabrillan. Oui,cette décision a été prise dans le respect des règles légales et nous apportons un démenti formel aux accusations qui sont portées contre la municipalité sur ce point...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 9 avril 2021

UA-22506836-1