rubrique zic

                

Hugo Barriol : interview et vidéo exclusives !

A l’occasion de la sortie d’un nouvel EP, nous avons eu l’occasion d’échanger avec l’artiste sur son parcours, ses attentes et ses projets.


Salut à tous, et bienvenue dans le choix du disquaire ! Nous vous avions déjà parlé d’Hugo Barriol à l’occasion de la sortie de son très bon premier album, Yellow, en 2019. A l’occasion de la sortie d’un nouvel EP (album au format court), il nous a accordé un entretien.

Et ce n'est pas tout ! En exclusivité pour Le Crestois, Hugo Barriol vous offre une version live acoustique inédite de "Hey love", la chanson titre de son nouveau disque. Une vidéo à retrouver en bas de cette page.

photo hugo copie

Salut Hugo ! Première question très commune : peux-tu te présenter un peu pour nos lecteurs ?

Je m’appelle Hugo Barriol, j’ai 32 ans, je suis auteur compositeur interprète et je fais de la musique pop/folk mélancolique en anglais. J’ai grandi à Saint-Etienne, j’ai mis le pied dans la musique par mon père qui avait un groupe de rock. J’ai commencé par la batterie puis à 20 ans puis j’ai eu envie d’écrire des chansons, d’apprendre la guitare, c’est là que j’ai commencé à faire de la folk, en écoutant beaucoup Jack Johnson, Oasis, puis quelques années plus tard, Bon Iver, Ben Howard, Patrick Watson, Mumford and sons, etc…

Je suis parti presque un an en Australie, un voyage initiatique marquant, et c’est là-bas que j’ai commencé à jouer dans le metro, pour m’aguerrir et présenter ma musique.

De retour en France, je me suis installé à Paris et j’ai recommencé à jouer dans le metro. C’est devenu pendant plus de deux ans mon activité principale, 5 heures par jour et 5 jours par semaine. Une expérience parfois difficile, mais globalement très formatrice et particulièrement enrichissante. J’ai en fait de belles rencontres, en particulier Marie Audigier, l’ancienne directrice du label Naïve, qui m’a donné ma chance et a grandement contribué à la sortie de mon premier album.

Tu définis ta musique comme pop/folk mélancolique. Qu’entends-tu par-là ?

Je joue de la musique folk principalement centrée sur la guitare acoustique et ma voix, un genre de musique très populaire aux Etats Unis mais beaucoup moins en France. Le côté mélancolique vient de mes textes plus que des mélodies. En tant qu’artiste, je suis plus inspiré par les émotions douloureuses de ma vie que par les émotions plus positives, comme beaucoup d’artistes, d’ailleurs. Mes doutes, mes blessures, mes peurs, tout cela m’inspire. Sans doute la musique me permet-t-elle de "digérer" certains événements et de mieux les vivre.

J’aime également le contraste entre la musique plutôt solaire et les textes plus mélancoliques, un mélange qui crée une ambiance douce-amère qui, je l’espère, parle à l’auditeur.

Tu joues un style musical très peu commun en France. Penses-tu que ce soit une chance ou un frein ?

C’est un frein dans le sens où le public est moins large puisque c’est une musique avec laquelle les gens sont moins familiers. Mais d’un autre côté c’est une chance car j’apporte autre chose dans le paysage musical Français. Par contre, le fait de chanter en anglais rend la programmation en radios plus compliquée, à cause des quotas de musique francophone.

Ton premier album, Yellow, est sorti en 2019. Peux-tu nous éclairer sur le titre de l’album, et quels ont été les retours de la presse et du public ?

Yellow

J’ai choisi Yellow (jaune, en anglais) car je fais de la musique plutôt mélancolique mais je voulais que cet album ait plus de couleurs, plus de lumière. Yellow représentait bien tout ça pour moi, en plus d’être un titre simple, ce que je voulais également. 

J’ai eu de très bons retours autant du public que de la presse. Pour le style de musique que je fais, qui n’est pas très répandu en France, j’en suis plutôt fier.

J’ai donné plus de 40 concerts à la sortie de Yellow, dont certains sur de gros festivals comme le festival Solidays à Paris, et j’ai pu jouer un peu partout en France mais également en Europe (Allemagne, Suisse, Belgique, etc).

Tu viens de sortir un nouvel EP intitulé "Hey love". Pourquoi ce format court et pas un album ?

J’avais écrit ces chansons, elles étaient prêtes, je ne voulais pas attendre trop, donc je suis rentré en studio dès que j’ai pu. J’ai d’ailleurs eu de la chance, le mixage s’est terminé quelques jours avant le premier confinement.

D’autre part, les contraintes liées à l’enregistrement, la production et la distribution d’un album sont bien plus lourdes que celles liées à la sortie d’un format court, ce qui a également été décisif.

Tu chantes principalement en anglais, mais sur cet EP tu t’essayes également un peu au français. Est-ce quelque chose que tu voulais faire depuis longtemps, et penses-tu réitérer l’expérience, voire publier un album entier en français ?

Quand j’ai commencé à écrire il y a 10 ans je l’ai fait en anglais parce que mes influences venaient de groupes anglophones. Je n'ai jamais eu l’envie ou même l’inspiration de le faire en français, c’est arrivé un beau matin comme ça. Je suis quelqu’un d’instinctif, je suis mes envies et aujourd’hui j’ai aussi cette envie d’écrire en français. Donc il y a des chances pour que des chansons complètement en français sortent un jour, même s’il n’y a rien de planifié pour le moment.

Tu as créé ton propre label il y a peu. Pour quelles raisons, et comptes tu produire également d’autres artistes ?

Après avoir enregistré cet Ep j’ai voulu tenter l’expérience de sortir mes chansons, mes projets, en tant qu’artiste indépendant car j’avais envie de cette indépendance, pour apprendre, voir le travail que ça implique, tout diriger de A à Z. C’est aussi arrivé au moment où nous étions tous confinés, j’ai eu envie d’avancer, quoi qu’il arrive, ne pas attendre, perdre du temps et vraiment être maitre des décisions, des visuels, des dates de sorties etc…

J’ai beaucoup appris de la sortie de mon premier album sur le label Naïve/Believe, et comme je l’ai déjà dit, je suis autodidacte et j’aime aller au bout de mes idées. Créer un label est donc une suite logique de ma démarche artistique. Quant à produire d’autres artistes, ce n’est pour le moment pas à l’ordre du jour, j’ai bien assez de travail comme ça avec mes propres chansons ! Mais comme on dit, il ne faut jamais dire jamais…

Comment as-tu vécu cette période d’arrêt forcé par la pandémie ?

Plutôt bien, pour être honnête. Comme je l’ai dit précédemment, j’ai eu de la chance au niveau du timing puisque l’EP a été enregistré et mixé à Londres juste avant le premier confinement. Je suis rentré à temps à Paris.

Je travaille tout le temps de chez moi, donc ça ne m’a pas changé à part que j’avais plus de temps pour le faire et moins de distractions, moins de tentations pour faire autre chose. Évidemment les concerts me manquent, et j’ai hâte de pouvoir en refaire. Mais j’ai pu être productif, écrire de nouvelles chansons, les enregistrer, donc je n’ai pas à me plaindre.

Parlons de l’avenir ! Quels sont tes projets ? Tournée, album ?

Tournée, non pour le moment, album je ne pense pas, sûrement un autre Ep, pour quand je ne sais pas! 
Il y a aussi quelques remixes de mes chansons qui vont sortir avant l’été. C’est quelque chose auquel j’étais fermé pendant des années. J’ai été sollicité par plusieurs producteurs, dont un Italien, qui a remixé d’autres artistes internationaux. Le résultat, dans un état d’esprit très électro, est surprenant, mais je me dis finalement que ça peut toucher des gens qui n’écouteraient pas ma musique de prime abord, et leur permettre de découvrir mon univers, alors pourquoi pas ?

Avant de te laisser, est-ce qu’il y a un ou des artiste(s) ou un groupe(s) que tu aimerais partager et faire découvrir aux lecteurs du Crestois ?

J’ai une amie qui s’appelle Cassandre, elle fait de la chanson Française, elle a beaucoup de talent, ces textes sont très forts, et elle vient de sortir 2 chansons "Triste cocktail" et "Prodigieuse". 


Sinon en anglais, un groupe de folk composé de 3 chanteuses américaines, JOSEPH, elles sont excellentes !

Merci beaucoup pour tes réponses Hugo ! Je te laisse le mot de la fin.

Merci beaucoup et j’espère pouvoir venir jouer prêt du public, partout, mes chansons au plus vite !

Propos recueillis par Olivier Chapelotte,
interview réalisée le 25/03/2021

En exclusivité pour Le Crestois, Hugo Barriol vous offre ci-dessous une version live acoustique inédite de "Hey love", la chanson titre de son nouveau disque. Vous pouvez, toujours en exclusivité, vous procurer une version dédicacée de l’ep "Hey love" à la fnac de Crest.

Article publié dans Le Crestois du 23 avril 2021

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.