Entre eux, ce fut "à la vie, à la mort"

Max Béranger, ancien maire de Gigors-et-Lozeron, porte la mémoire de moments pleins d’intense humanité dans la résistance. Il a le don de raconter. Notre vidéo en témoigne.

C'était dans les heures sombres de la guerre. Deux hommes, aussi dissemblables qu'il est possible, marchaient côte à côte, sur la route qui, remontant la vallée de la Gervanne, va du Moulin du Roi au village même de Beaufort. L'un, Fernand Bérard, agriculteur, était de Gigors-et-Lozeron, un long gaillard sec, une casquette sur le crâne. On le disait communiste - "coco" pour beaucoup, ce qui n'était pas un compliment. L'autre, Henri Morin, rondouillard, un éternel béret vissé sur le crâne, minotier, en pinçait plutôt pour l'ordre et la droite. Il avait été nommé maire de Beaufort par le régime de Vichy...
(...)

La suite de cette histoire est à lire dans Le Crestois du 4 mars 2016.

Vidéo exclusive

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.