Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Michel Giles est parti sans bruit

Le maire de Puy-Saint-Martin a été emporté par la maladie, le 6 février 2021.

michel giles
Marie-Pierre Mouton et Michel Giles

Michel Giles est né à Puy- Saint-Martin, voilà 70 ans. Il fréquente les écoles du village, puis de Crest avant de faire ses études dans le social et de s'éloigner de sa commune natale. Toujours « un pied à terre » dans le village qu'il affectionne, il installe sa maison secondaire pour y passer ensuite une retraite bien méritée.

Entouré de son épouse, Michelle, qui savait « avoir épousé un homme exceptionnel », de ses deux filles, Hélène et Anne, et de ses quatre petits enfants, il entre à la mairie en tant que conseiller municipal en 1995, sous la mandature de Pierre-Gérard Cailly. Après une interruption de son engagement citoyen pour des raisons professionnelles, il est maire dès 2014 et est réélu pour un second mandat en 2020. La maladie le rattrape et il démissionne en début d'année 2020 pour laisser la place à son successeur, Christophe Manzon.

L'intérêt de "Cube", comme tout le monde l'appelait, pour le citoyen et le bien-être de ses habitants était remarquable. Les nombreux témoignages lors d’une cérémonie d'hommage, le mercredi 10 février, le décrivent comme un homme intègre, généreux, juste, à l'écoute...

LE REGARD TOURNÉ VERS MONTELIMAR

L'équipe municipale se souvient de ce qu'il a fait pour le village : la maison des lettres qui abrite la poste, la médiathèque et l’office de tourisme ; les ateliers municipaux destinés aux services techniques ; la coordination des travaux de la déviation avec le Département et la redynamisation du village, encore en cours...

L’investissement de Michel Giles à la Communauté de Communes du Val de Drôme (CCVD) est tout aussi remarquable. Depuis sa première mandature, son souhait de rapprocher Puy-Saint-Martin de Montélimar Agglo devient son crédo et son équipe y travaille dur. « Tout attire notre population vers le sud, l'hôpital, les collèges, lycées et la proximité des grandes enseignes. Notre vie est tournée vers Montélimar, plus que vers le nord », expliquait l'élu lors d'un conseil communautaire de la CCVD. En ce début d'année, la séparation largement préparée d'avec la CCVD s'est faite en douceur et dans la sérénité.

Lors du premier conseil communautaire de l'année, Michel Giles disait sa hâte de voir la fin de la crise sanitaire pour offrir un pot de départ à ses collègues élus.

Le Président de la CCVD, Jean Serret, a été très affecté par la disparition de son ami et a souligné sa grande loyauté. Accompagné des élus de la CCVD, il a tenu à ce que les magistrats portent l'écharpe pour montrer « le respect que l'on doit à un maire disparu », a-t-il terminé. Et comme le concluait le discours de son adjointe, en reprenant les termes du maire lors de la fin du conseil municipal : « Cube, tu as levé la dernière séance ».

La cérémonie s'est achevée sur des applaudissements fournis pour un dernier hommage à Michel Giles.

Le journal présente ses plus sincères condoléances à sa famille.

Corinne Lodier

Article publié dans Le Crestois du 12 février 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.