Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Nous sommes confinés depuis bien plus d’un an

Les vies villageoises ont perdu ce qu’elles avaient de collectif depuis longtemps.

Non, nous ne sommes pas confinés depuis un an. Ce qui nous arrive en ce moment n’est que le sommet d’un processus commencé il y a bien plus longtemps. Et ce n’est qu’en le prenant en compte qu’on comprend ce qui se passe chez nous en ce moment.

Nos villages ont longtemps eu une vie très collective. En 2012, un livre magnifique, décisif, de Jean-Pierre Le Goff, La fin des villages (en poche chez Folio-histoire), le rappelait très pertinemment. Et lorsqu’on le lit aujourd’hui, il suffit de remplacer le nom de la localité du Vaucluse qu’il décrit, Cadenet, par Piégros ou Beaufort, Saillans ou Eurre, ou encore de remplacer les noms de paysans qu’il cite par ceux que nous connaissons et l’on se rend compte qu’il a raison sur tout. Un temps des villages est mort...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 19 mars 2021

UA-22506836-1