Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

« Je suis une Pied-noir authentique ! »

Danielle Breyton, l’ancienne directrice de l’hôpital de Crest, a fui l’Algérie en mai 1962.

Le Crestois commémore les 60 ans de la signature des accords d’Évian, le 18 mars 1962, par une série d’entretiens avec des rapatriés d’Algérie (ou d’autres personnes qui ont vécu cette période) aujourd’hui installés dans la vallée de la Drôme. Cette semaine, Danielle Breyton, 83 ans, rapatriée en mai 1962, qui est par la suite retournée à quatre reprises en Algérie.

« Je suis née là-bas, en 1938, au milieu des fleurs », expose d’entrée Danielle Breyton, 83 ans, dans sa maison de campagne, située à Eurre. « Là-bas », c’est à Chéraga, de l’autre côté de la Méditerranée, « un petit village de la banlieue d’Alger qui s’était spécialisé dans la culture des fleurs à parfum », continue cette dame au regard malicieux. Danielle est l’aînée d’une fratrie de trois : sa soeur Michèle est née en 1940, et la petite dernière, Blancherose, en 1942. Du côté paternel, leur ancêtre, un charpentier de Meurthe-et-Moselle, a débarqué en Algérie en 1830, au début de la colonisation française. La famille maternelle est d’origine espagnole ; elle deviendra française par la suite...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 8 avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.