Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Gilbert Pourret, ancien maire d’Omblèze, est décédé

Ses 25 ans de mandat ont marqué la vie politique locale.

C’était un personnage au caractère bien trempé, qui n’avait pas sa langue dans sa poche. Figure politique de la vallée de la Drôme avec vingt-cinq ans de mandat comme maire d’Omblèze, Gilbert Pourret est décédé mercredi 26 octobre à l’âge de 83 ans, suite à des problèmes de santé qui se sont soudainement aggravés.

Le Crestois l’avait d’ailleurs rencontré, pour sa dernière sortie dans la presse, en septembre dernier. Il repose désormais auprès de sa mère et de sa grand-mère dans le caveau familial du cimetière de Beaumont-lèsValence, la commune qui l’a vu naître en 1939.

Gilbert Pourret, « Gigi » pour les intimes, est le deuxième enfant d’une fratrie de quatre, élevé par sa mère et sa grand-mère qui lui transmettront les valeurs du protestantisme. À 20 ans, il est envoyé en Allemagne pour le service militaire. Une période de sa vie qu’il résumait ainsi : « 28 mois d’armée, 28 mois de babyfoot !» De retour au pays, il rencontre Yvette, avec la quelle il se marie en 1962. Ils auront trois filles : Chantal, Claude et Erika. Puis cinq petits-enfants et trois arrière-petites-filles.

Un an après, ils se décident à prendre en gérance le caféhôtel-restaurant de Beaumont, l’Hôtel du centre. Ils donneront leur vie pour cet établissement pendant 33 ans, restant ouvert sept jours sur sept. C’est aussi le lieu de résidence de toute la famille et de souvenirs inoubliables pour tous ceux qui l’ont fréquenté. En parallèle, il s’investit dans la vie de la commune, au sein du club de football dont il sera président pendant cinq ans, mais surtout en devenant pompier, jusqu’à devenir chef de corps. Lors de son enterrement, les pompiers de Beaumont-lès-Valence lui ont d’ailleurs rendu un hommage appuyé avec une haie d’honneur, puis en faisant retentir doucement la sirène de la caserne dans le village.

UN MAIRE BÂTISSEUR

Le temps mérité de la retraite arrive en 1996. Très at taché au massif du Vercors et à Omblèze, il s’installe avec Yvette dans une ancienne maison familiale. Mais il ne tient pas en place, et au-delà de son passe-temps favori, la chasse, il s’implique peu à peu dans la vie du village. Si bien qu’on lui propose de devenir maire, un peu par hasard. Il sera élu en 1997.

D’aucuns diront que Gilbert Pourret a laissé une trace de maire bâtisseur : construction de la nouvelle mairie et d’une salle communale, mais aussi de trois stations d’épuration sur une commune au périmètre très large, réfection de deux églises au hameau des Boutons et de la petite chapelle d’Ansage... Il assurera également des responsabilités à la Communauté de communes du Val de Drôme (CCVD) en tant que vice-président, ainsi qu’au Sdis, le service départemental incendie et secours.

Et c’est donc Gilbert Roux qui va prendre sa suite à la mairie d’Omblèze (lire notre article). « C’était quelqu’un de très apprécié à Omblèze. Je comptais sur lui pour la passation, il me manque une béquille..., s’attriste-t-il. Il avait un fort tempérament et c’est sûrement une qualité lorsqu’on est maire. », assure-t-il.

Le Crestois présente ses condoléances à toute la famille de Gilbert Pourret.

Cet article a été écrit à partir de témoignages et de plusieurs discours prononcés lors de la sépulture de Gilbert Pourret.

Clément Chassot

Article publié dans Le Crestois du 4 novembre 2022

À lire également : Gilbert Roux, nouveau maire d'Omblèze

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.