Les actus à découvrir dans le journal de la Vallée

                

Retraites : la vallée en force à Valence

Avec 15 000 manifestants, la population a répondu massivement à l'appel contre la réforme des retraites

Sur le parvis de la gare de Crest, jeudi 19 janvier autour de 13h30, le covoiturage s'organise pour descendre à Valence. Voitures pleines, toutes et tous sont très motivés pour aller crier leur mécontentement suite à la réforme des retraites qui s'annonce et un allongement du départ légal à 64 ans. Durant la matinée, une assemblée générale organisée par les syndicats FSU (Fédération syndicale unitaire) et Sud éducation, s'est tenue dans la salle des Acacias avec une quarantaine de personnes. Pour beaucoup, ce mouvement contre les retraites doit être la porte d'entrée à une contestation plus générale.

Avec l'hymne des Gilets jaunes, On est là, en fond sonore, Patricia, professeur de lettre et habitante de Crest s'insurge  : « J'estime que c'est le moment de se battre contre ce gouvernement, qui vraiment nous malmène. » Venue avec d'autres amis crestois, l'enseignante est « remontée contre les décisions prises par ce gouvernement, que ce soit sur l'écologie, la santé et l'éducation, que je vois se dégrader ».

BOSSER JUSQU'À EN CREVER

Durant le parcours, qui rallie le Champ de Mars à la préfecture, les pancartes sont hautes et la foule dense. À 16 heures, la police parle de 10 000 personnes, la CGT de 20 000. Depuis 2010 et une énième réforme des retraites, les rues de la ville n'avait pas été envahies comme cela. Et chose remarquable, la jeunesse était présente, alors que beaucoup d'éditorialistes avaient préjugé du peu d’intérêt des jeunes pour cette réforme qui pourrait leur paraître bien éloignée. « On refuse de bosser jusqu'à en crever », brandit une jeune femme déguisée en panda bleu.

Dans le cortège, les pompiers du Sdis (service départemental d'incendie et de secours) sont aussi présents. « Quand on va au feu, on peut porter jusqu'à quarante kilos. Alors quand vous avez 59 ans, monter six, sept, huit étages rapidement, ça devient compliqué », témoigne Frédéric Greffe du syndicat Sud, drapeau en main. Les pompiers ont un régime spécial. Avec la réforme, ils devront partir à la retraite à 59 ans, au lieu de 57 aujourd'hui.

Mais l'ambiance est aussi à la fête. Les Tambours du Transe express déambulent en tête de cortège et sont même entrés dans le magasin de musique en face de la place Leclerc ! Le camion de la CGT a aussi fait danser les jeunes qui arrivaient devant la préfecture. Alors entre la musique, les chansons hurlées dans les hauts-parleurs, les pétards, les slogans clamés à tue-tête, peut-être que la voix des Drômois a été entendu à l'Elysée … ou plutôt à Barcelone, où se trouvait le Président de la République ce jour.

Laure-Meriem Rouvier

Plus d'informations à retrouver dans notre édition du 27 janvier

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.