Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

Forêt de Saoû : la roue tourne

L'eau a toujours joué un rôle capital dans l’occupation et le développement de la forêt de Saoû.

Les premiers hommes ont dû rentrer dans la forêt, par le Sud, en suivant la rivière Vèbre, seule entrée naturelle creusée par l’eau dans la falaise. Quand ils ont voulu en sortir, par le Nord, en suivant le ruisseau de Lausens, il leur a fallu, d’abord, construire une passerelle pour franchir la cascade (les Romains), puis creuser une route à l’explosif (François Falquet-Travail).

L’Homme a ensuite installé de nombreuses fermes là où il y avait des sources, au pied des falaises calcaires. L’eau était sûrement plus abondante, à l’époque, et notre Vèbre coulait en permanence et en surface. C’est un tremblement de terre en 1901 qui a contribué à la rendre timide et souvent souterraine.

DES ARTISANS LOCAUX

Les grands bâtisseurs de la forêt, les Falquet-Travail, Crémieux ou Burrus, ont vite compris l’utilité de cette ressource, mais connaît-on bien tous les aménagements et constructions qu’ils ont laissés et qui sont encore visibles aujourd’hui ?

Combien de promeneurs visitent-ils l’étonnant barrage de la Grande-Combe, dont la taille indique l’énorme volume d’eau traité autrefois ?

Combien savent suivre les canaux qui convergent vers le cœur du site ? Qui a compris le système souterrain qui alimente le bassin d’agrément de la Villa Tibur ou le "Grand-lavoir" de l’Auberge des Dauphins où huit lavandières pouvaient travailler ensemble ?

Qui connaît les bassins de la pisciculture ou le petit barrage de l’ancienne scierie à vapeur, récemment débroussaillé le long de la route ?

Tous ces ouvrages hydrauliques ont fait vivre la forêt de Saoû pendant des siècles et font l’objet d’une attention toute particulière du Département. Il vient de faire restaurer la fameuse « roue à aubes » située au départ Est de la piste Burrus, au bord du sentier conduisant à la halte équestre.

C’est Olivier Chambon puis Eric Losson qui ont géré ce chantier formidable...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Article publié dans Le Crestois du 12 février 2021

UA-22506836-1