Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

L'agence tous risques

Une vieille série agréable, kitch, sympathique et divertissante. Tout ce dont on a besoin !


agence tous risques 2Salut à tous, et bienvenue dans le choix du disquaire !

On peut grossièrement séparer les séries télé en deux catégories : les séries télé qui constituent une histoire globale et dont l'intrigue avance à chaque épisode (comme Breaking Bad, par exemple, dont nous avons déjà parlé ici), et les séries plus légères, qui sont basées sur un concept décliné à chaque épisode et qu'on peut donc regarder dans le désordre.

Vous l'avez deviné, l'Agence tous risques appartient à cette deuxième catégorie.
Pour ceux qui ne connaitraient pas, on suit les aventures de quatre anciens combattants de la guerre du Vietnam (c'étaient encore frais dans les années 80) en cavale accusés à tort de crimes de guerre et qui louent leurs services pour aider les personnes victimes de harcèlement et d'injustice.

Tout ici est caricatural : les personnages archétypaux au possible (on sait très vite qui sont les méchants dans chaque épisode!), les situations rocambolesques qui se répètent perpétuellement, les bagarres gentillettes qui font sourire.

Mais alors pourquoi en parler ?

Tout simplement parce que la grande qualité de cette série télé est de ne pas se prendre au sérieux et d'assumer totalement cet état de fait dans un seul but : divertir le spectateur.
Dès lors, on suit avec un plaisir coupable les pérégrinations de ces sympathiques fugitifs, et on savoure chaque scène attendue (la construction d'un improbable char d'assaut avec quelques bouts de ferraille, les coups de feu répétés qui ne touchent jamais personne, les ronchonneries inoffensives de Barracuda, etc).

Alors finalement, en ces temps moroses, voilà une vieille série agréable, kitch, sympathique et divertissante. Tout ce dont on a besoin ! En somme, un plan sans accroc !

Olivier Chapelotte

L'agence tous risques
Frank Lupo et Stephen J. Cannell (1983 - 1987)
Coffret disponible en DVD et Blu-ray

Article publié dans Le Crestois du 26 février 2021

UA-22506836-1