Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

Gisèle Cellier raconte le festival de musique sacrée

Avec optimisme, l’équipe d’Aposs publie son programme 2021.

musique sacree cellierGisèle Cellier est dans l’organisation du festival de musique sacrée, encouragée par la dynamique de l’équipe. Elle nous confie le programme prévu en ce jeudi 25 mars.

Le Crestois : Tout d’abord, vous avez fêté vos trente ans l’année dernière, dans des conditions restreintes ; comment le festival s’estil déroulé ?

Gisèle Cellier : Une chose certaine, l’APOSS n’a pas regretté de garder une programmation, même écourtée. Nous avons finalement proposé sept concerts sur onze prévus. L’autorisation donnée par Clarisse De Witasse-Thézy, la sous-préfète, nous a encouragée. Elle a estimé que la petite taille de notre festival permettait de lui donner vie. Le public a été satisfait, sans plus, sauf pour le concert de musique de chambre le 18 août, avec Lucie Minaudier. Cette jeune soliste nous a amené un public jeune. C’est nouveau. L’équilibre budgétaire est obtenu grâce aux aides de la Mairie, du Département et de la Région.

L.C : Pour cette année, repartez- vous sur un grand festival ?

G.C : Nous avons, à ce jour, neuf concerts programmés, dont huit à l’église Saint-Sauveur et un aux Moulinages. Le festival commencera le 8 juillet et le dernier concert sera donné le 16 août...

La suite de cet entretien est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

À découvrir dans notre article : le programme complet du festival !

Article publié dans Le Crestois du 2 avril 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.