Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

Ô douce nuit

Conte de Noël d’Alain Landy.

«La vraie peur, c’est quelque chose comme une réminiscence des terreurs fantastiques d’autrefois»
Guy de Maupassant

Nous étions dans une ferme à Saoû, au milieu du siècle dernier, dans les dernières semaines de décembre. Pour dormir, son nouveau patron l’installa dans une minuscule chambre, au-dessus de la cuisine, seulement éclairée par une étroite fenêtre :

C’est pas bien grand, mais pour toi tout seul, à ton âge, c’est bien suffisant, et puis, si t’as besoin de quelque chose mon garçon, n’hésite pas à nous le dire ! Comme t’es au-dessus de la cuisine, t’auras pas froid !

En effet, cette chambre de commis de ferme était plutôt exiguë. Avec son énorme matelas de crin, l’antique lit de cent-vingt en noyer qui demandait presque une échelle pour grimper dessus, prenait pratiquement toute la place. Aujourd’hui, notre pauvre jeune homme avait bien du mal à s’endormir. Peuchère, à quinze ans à peine, c’était la première fois qu’il était placé loin de chez lui pour longtemps...

La suite de ce conte est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Conte publié dans Le Crestois du 24 décembre 2021

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.