Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

L’alcoolisme chez les animaux

RÉTRO : Article paru à la une du Crestois le 22 septembre 1900.

Il y a quelque temps, on faisait connaître un cas curieux d’intempérance chez des vaches. C’étaient des vaches normandes, dans le Calvados, et elle étaient prédestinées, tant l’alcoolisme est fréquent dans cette partie de notre pays.

Quatre vaches, un taureau et un veau trouvèrent le moyen de pénétrer dans un enclos où se trouvaient des pommes mûres et même en partie pourries. Devant la tentation, les quadrupèdes furent faibles - Êve la bien été - et ils croquèrent les fruits avec délices. Le lendemain matin, quand on les joignit, ils se trouvaient dans un état de prostration complète, hébétés, l’oeil vague, la démarche incertaine et titubante, chancelant à chaque pas, s’abattant à terre et, une fois étalés, se refusant à reprendre la posture verticale.

Joignez-y une somnolence invincible, des urines à odeur alcoolique prononcée : le diagnostic n’était pas difficile à faire...

La suite de cet article est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

À lire dans notre article : les orangs-outangs raffolent d’eau-de-vie

Article publié dans Le Crestois le 22 septembre 1900
et publié à nouveau dans Le Crestois du 14 janvier 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.