Mag' : les infos culturelles de la vallée et d'ailleurs

                

La Couve crestoise

Rodolphe Dejour nous propose l’historique recette d’un gâteau emblématique de la ville de Crest, selon la formule de son grand-père...

La couve, à l’origine, n’était pas 100% crestoise ; il s’agissait d’un gâteau provençal pour les Rameaux. Ce genre de gâteaux, fait à partir d’une pâte brisée, étaient des recettes traditionnelles dans les familles du Sud-Est de la France.

Dans le nord de la Drôme, il avait une forme de colombe et pour nom « colombes pascales », le « Suisse » pour Valence, dont la recette s’est grandement inspirée de la couve, ou à base de brioche à Romans, avec la Pogne, ou les Brassardeaux, dans le sud de la Drôme.

Comme le Suisse et la colombe pascale, les couves sont des gâteaux symboles, nés dans la Drôme et se font dans la même pâte brisée aromatisée d’orange ou de citron.

« La Couve Provençale » était présente un peu partout dans l’arrière-pays provençal, mais je ne sais pourquoi, au fil du temps, la zone de confection de la couve s’est réduite comme une peau de chagrin et n’est actuellement plus présente que dans la vallée de la Drôme et notre belle ville de Crest, qui lui a donné son nom actuel : « couve crestoise »...

Cette recette est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Recette publiée dans Le Crestois du 1er avril 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.