Vérité et mensonge

Transitions, la chronique de Vincent Meyer du 19 mars 2021.

Pinocchio est un menteur, mais il somatise quand il ment. Son nez s’allonge. Cet avertissement peut lui permettre de s’amender. Ou d’apprendre à mieux mentir. Il est encore bien naïf et il s’est fait avoir en beauté par les deux compères. De faux amis. Ils lui ont promis que s’il plantait ses cinq pièces d’or dans le « champ des miracles » au "Pays des Nigauds", il y trouverait dès le lendemain un arbre couvert de pièces d’or. Quand il vint recueillir son trésor, rien n’avait poussé et les pièces avaient disparu. Sur un arbre voisin, se tenait un corbeau qui maugréait, honteux et confus, qu'on ne l'y prendrait plus. Lui non plus. Tout flatteur et tout menteur vivent aux dépens de ceux qui les écoutent.

Au pays des fromages, le sens critique et le discernement semblent parfois se dérober devant les propos lénifiants ou trompeurs qui bruissent de partout. La pluralité et l’indépendance de la presse sont, bien souvent, devenues lettre morte. Xavier Niel, patron de Free et du groupe Le Monde, aurait déclaré : « Quand les journalistes m’emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix »...

La suite de cette chronique est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Chronique publiée dans Le Crestois du 19 mars 2021

UA-22506836-1