5G et marges de la morale

Tribune du 23 avril 2021 d’étienne Maillet.

L’affaire a fait un grand bruit fugace : quatre survivalistes présumés, se prétendant éducateurs, ont berné une grand-mère pour lui enlever sa petite fille. Pourquoi les anciens sont-ils si crédules ? Si nos anciens sont si naïfs, c’est qu’on habituait les petits des classes populaires à la probité. Les maîtres apprenaient qu’on obtenait le prix de vente en multipliant le prix d’achat par un coefficient. Un petit profit un peu partout.

Dans les années 80, on change de point de vue : il est stupide de vendre l’eau à vil prix à un homme mourant de soif prêt à tout donner pour une gorgée. On parle d’utilité marginale de l’eau.

Les Chinois ont leur propre version : pour bien vivre, il faut « faire suer monde ». Dès Mao mort (1976) Deng Deng Xiaoping s’avise : « Qu’importe la couleur du chat, pourvu qu’il attrape des souris ».

Schumpeter est un économiste, père de la théorie de la destruction créative : des ruptures techniques, managériales, etc, animent périodiquement l’économie, détruisant l’ancien pour faire surgir le neuf. Il faut accueillir les innovations, les start-ups et les licornes. Les gens s’enrichissent, la pauvreté disparaît, les frontières s’effacent, la paix règne. Enrichissez-vous disait Guizot, qui précisait que le progrès devait être « matériel, économique, et moral ». Ces deux premiers points acquis, quid du dernier ? Le progrès s’en est singulièrement affranchi...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 23 avril 2021

UA-22506836-1