Trop tard ?

Transition, la chronique de Vincent Meyer du 28 mai 2021.

Nous n’avons plus à avoir peur d’une catastrophe possible, ou probable. On y est. La transition est, en elle-même, une catastrophe. Nous nous sommes installés dans le dérèglement climatique. L’urgence climatique c’était hier. Dix-huit propositions de la Convention Citoyenne seulement sur 150 ont été retenues dans la loi Climat. Les plus bénignes, les plus insignifiantes. Greta Thunberg pourrait crier : « Comment osez-vous ? ».

Depuis 2015, la France a systématiquement dépassé les plafonds carbone qu’elle s’était fixés. La teneur en CO2 de l’atmosphère a continué d’augmenter cette année et atteint 33 % de plus qu’en 1960 et 50 % depuis le début de l’ère industrielle. Les conséquences sur le climat mettent une trentaine d’années à se manifester pleinement. Nous subissons aujourd’hui les conséquences des émissions des années 1990. L’objectif impératif fixé pour 2030 n’a plus aucune chance d’être atteint… Il ne faut plus se mentir. La transition a échoué. Au-delà des 2°C fatidiques, l’évolution n’est plus modélisable et l’emballement ne sera plus maîtrisable.

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 28 mai 2021

UA-22506836-1