Vieillir

Transition, la chronique de Vincent Meyer du 4 juin 2021.

Guy Bedos nous l’enrobait à peine : « Vieillir reste, pour l’instant, ce qu’on a trouvé de mieux pour ne pas mourir ». La vieillesse n’est pas d’abord une sorte d’antichambre de la mort, mais bien une étape passionnante de la vie. René Sidelsky nous avertit : « Il me semble que l’attitude juste devant le fait que ce corps est mortel consiste à l’accepter totalement avec tout ce que cela comporte. Si nous ne l’acceptons pas, cela se produira malgré tout. Mais la non-acceptation crée de la souffrance, de la peur, de l’angoisse, et gâche inutilement les bons moments de vie qui nous sont encore offerts ».

Bien sûr, il convient de ne pas confondre acceptation et résignation.

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 4 juin 2021

UA-22506836-1