Harcèlement : oser changer les choses

Lettre ouverte du 16 juillet 2021 de Léa Blanchard, en 4e à Revesz-Long.

Lettre ouverte de Revesz-Long

Des élèves de classes de quatrième du collège Revesz-Long, à Crest, nous ont adressé une série de lettres ouvertes, rédigées dans le cadre de leur cours de français, avec leur professeur Karine Coll. Nous publions ci-dessous le texte de Léa Blanchard (4e E). D’autres lettres seront publiés dans nos prochaines éditions.

Élèves, parents, vous qui lisez cette lettre, Je souhaite dénoncer en ce jour l’horreur qu’est le harcèlement et faire ouvrir les yeux sur les graves conséquences que peuvent avoir les mots.

Le harcèlement peut prendre différentes formes et, dans tous les cas, ce n’est pas quelque chose qu’il faut négliger. Il peut avoir de graves conséquences et des impacts négatifs sur la santé, comme de l’angoisse, de la dépression, voire des troubles du sommeil. Sur le long terme, notamment chez les jeunes, des troubles mentaux ainsi que des problèmes de sociabilisation peuvent apparaître.

En effet, « un enfant sur trois est victime de harcèlement scolaire et le quart a déjà eu des pensées ou comportements suicidaires », affirme l’Unesco.

Allez-vous agir devant ces chiffres ? Pensez-vous à la santé de ces jeunes, qui pourraient être vos enfants ? Un mot. Une bousculade. Un geste peut tout changer. Alors faites bien attention aux mots que vous choisissez car ils peuvent avoir des répercussions plus graves que vous ne le pensez.

Rabaisser les autres pour se sentir supérieur, tel est le schéma le plus courant du harcèlement. On ignore bien souvent que les actes des harceleurs cachent la plupart du temps un manque de confiance et un besoin de contrôle.

Auriez-vous donc besoin de détruire une personne pour vous sentir exister ? Au lieu de vous amuser à rabaisser les autres, posez-vous les bonnes questions. Pensezvous devoir blesser une personne car vous la trouvez inférieure à vous, qu’elle n’en vaut pas la peine ? Eh bien dites-vous que vous ne vaudrez pas mieux qu’elle en abusant de violence. Rappelez-vous qu’absolument rien au monde ne peut justifier une abomination comme le harcèlement !

Désormais, agissons. Sensibilisons les jeunes dès leur plus jeune âge en propageant les bons réflexes. Éduquons correctement nos enfants.

Et surtout, n’oubliez pas que de l’aide est disponible ; il existe des numéros et associations que vous pouvez contacter à tout moment.

N’oubliez pas, tout dépend de vous, de vos choix et de vos actes ! Si vous êtes témoin de harcèlement mais que vous ne faites rien, alors vous êtes également coupable.

Oserez-vous agir ? Oserez-vous changer les choses ?

Léa Blanchard

Tribune publiée dans Le Crestois du 16 juillet 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.