Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Mollesse oblige

Lettre à Eva, la chronique de Vincent Meyer.

Eva,

Je ne reconnais plus l’été. Les changements de temps me déconcertent. Et je vois bien que la nature s’étonne également. Mais jusque-là, tout va bien ! Par chance, les inondations, les dômes de chaleur, la sécheresse latente indifférente aux pluies diluviennes, c’est plutôt pour les autres. Pour le moment.

Mais qui peut encore penser que la fréquence des catastrophes en tout genre n’est qu’une anomalie passagère ? Et que mises bout à bout, elles ne forment pas le début d’une grande catastrophe, globale, systémique, générale ? Le début de la fin ?

Je te sais lucide sur ce point. Et j’aime que tu saches, en même temps, faire preuve d’un optimisme volontaire, d’une énergie positive, d’un bel allant au quotidien. J’admire ton calme et ta sérénité. Malgré la peur qui suinte de partout et la dramatisation organisée...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 20 août 2021

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.