Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Passe partout

Lettre à Eva, la chronique de Vincent Meyer du 3 septembre 2021.

Eva,
Ta dernière lettre m’a enchanté. Tu ne fais aucune allusion au Covid et au passe sanitaire. Je n’en parlerai pas non plus. Cela nous changera de l’ordinaire ! Je vois que, malgré nos divergences, nous sommes d’accord sur les priorités : réparer, réduire, simplifier, recycler. Y a plus qu’à ! En tout cas, les bénéfices devraient l’emporter largement sur les risques.

Nos gestes quotidiens ont un taux d’incidence faible sur le climat et sur la biodiversité, mais ces contributions sanitaires cumulées ont un effet d’entraînement collectif, et rendront plus supportables les rudes mesures que les pouvoirs publics devront enfin prendre un jour pour faire barrière à l’effondrement.

Pas besoin d’un conseil scientifique pour savoir que nous sommes désormais dans une seringue : les symptômes sont alarmants, le pronostic vital est engagé, et nous devons nous considérer désormais en soins intensifs. Une fois passé le pic, il n’y aura pas de réanimation possible...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 3 septembre 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.