Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Il faut raser tous les arbres et détruire les champs de lavande

Tribune du 10 septembre 2021 d’Alain Delforge.

Nous sommes des géants, nous contrôlons plus de la moitié du marché mondial. Notre puissance est telle que nous tenons toute l’industrie, et nous savons nous débrouiller pour que l’Europe se contre-fiche du devoir de « transparence » concernant les ingrédients de synthèse, soi-disant très contrôlés.

Nous avons su rendre les technocrates de Bruxelles impuissants. Ils se rabattent alors vers les petits agriculteurs. Personne n’a jamais entendu parler d’allergie à la lavande, mais peu importe, le linalol qu’elle contient est désormais dans le collimateur. Qu’il soit le booster numéro 1 d’effets antimicrobiens nous importe peu, nous voulons imposer nos produits, nos médicaments, nos traitements. Produire nos bénéfices.

Bientôt, nous déclarerons que de nombreux arbres provoquent des maladies, à commencer par les allergies au pollen. Si nous le voulions, nous ferions raser toutes les forêts. C’est d’ailleurs ce que nous faisons, notamment en Amazonie, qui contient à n’en pas douter des trilliards de molécules toxiques pour l’organisme humain.

Quant aux sulfates, aux phtalates, aux formaldehydes, aux huiles minérales, aux retinyl palmitate, à l’oxybenzone, au coal tar, à l’hydroquinone, au triclosan et au triclocarban, au styrene, au polyacrylamide, quant au BHT, à l’acetaldehyde, à l’acetonitrile, au methylene chloride, au benzalkonium chloride, au toluene, au resorcinol, à l’acetone, au butoxyethanol, à l’ethylenediaminetetraacetic acid, au methyl cellosolve, au methylisothiazolinone, au mercure et au bisphenol, oublions-les grâce aux polémiques sur la lavande.

Tous ces composants sont comédogènes, perturbateurs endocriniens à très faible dose, ils sont mutagènes neurotoxiques, ils sont bien évidemment très cancérigènes, ils sont hautement allergènes, irritants pour la peau et ils sont très polluants. Qu’ils soient dans nos produits de synthèse n’est pas notre problème. Notre problème, c’est que nous n’en disposons pas suffisamment pour assurer nos productions. Nous allons donc faire interdire la lavande et toutes les huiles essentielles au grand public ainsi qu’aux petits fabricants, et nous allons nous les réserver en faisant baisser les prix, bien évidemment.

Nous raserons tous les arbres et détruirons toutes les plantes que nous n’aurons pas homologués, brevetés, privatisés et labellisés au prétexte de la santé publique et du principe de précaution. Pendant que les champs de pavot et de coca auront la belle vie, nous continuerons à monopoliser le marché mondial avec nos semences transgéniques et nos néonicotinoïdes, avec la bénédiction impuissante de l’Europe et de la France.

Nous criminaliserons toute personnalité qui s’y opposera, en la dénonçant comme complotiste, caricaturiste, simpliste, populiste. Voire même, horreur suprême, abstentionniste. Ou encore plus toxique que la Lavande.

Alain Delforge

Tribune publiée dans Le Crestois du 10 septembre 2021

UA-22506836-1

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.