Tribunes : l'expression libre de nos lecteurs

                

Il est urgent d’arrêter ces centrales avant un accident plus grave

Communiqué de presse du 7 janvier 2022 d'EELV-Drôme, Agnès Fouilleux et Olivier Royer.

Début décembre, une énorme quantité de tritium, un isotope radioactif de l’hydrogène, a été mesurée dans les eaux souterraines de l’unité de production d’électricité de la centrale nucléaire du Tricastin. EDF a dû déclarer à l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) « un événement significatif pour l’environnement » et a rendu public l’incident le 20 décembre par un communiqué*.

Cet accident est véritablement exceptionnel puisque l’activité mesurée en décembre sous l’installation du Tricastin était au moins quatorze mille fois au-dessus du niveau de base de fonctionnement. La demi-vie du tritium radioactif rejeté dans les eaux étant de 12,5 ans, il faudra donc 175 ans pour que la radioactivité mesurée dans la fuite retrouve un niveau d’activité dit « naturel »...

La suite de cette tribune est réservée aux abonnés numériques. Connectez-vous dans la colonne à droite ou abonnez-vous.

Tribune publiée dans Le Crestois du 7 janvier 2022

UA-22506836-1
Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (mesure de l'audience). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.